Elections

Guinée – Rachid Ndiaye : « Alpha Condé n’a de comptes à rendre à personne »

Rachid Ndiaye, ministre guinéen de la Communication.

Rachid Ndiaye, ministre guinéen de la Communication. © Vincent Fournier pour JA

Alors que les manifestations se succèdent chaque semaine, avec leur lot de violences, la Guinée est désormais scindée en deux. D’un côté les partisans d’une révision constitutionnelle, de l’autre ceux qui la refusent en bloc. Rachid Ndiaye, ministre d’État et conseiller spécial du président guinéen, insiste pour sa part sur l’importance de se concentrer, aujourd’hui, sur les prochaines législatives.

À un an de l’élection présidentielle, Conakry est à nouveau secouée par ses vieux démons. Des marches qui se succèdent chaque semaine, donnant lieu à des affrontements meurtriers entre manifestants et forces de l’ordre, le tout dans un contexte de dialogue de sourd entre l’opposition et la mouvance présidentielle…  En visite à Paris, Rachid Ndiaye, ministre d’État et conseiller spécial du président Alpha Condé, exhorte tous les responsables politiques à se recentrer sur « l’essentiel », à savoir, selon lui, les élections législatives, qui doivent se tenir le 16 février prochain.

Jeune Afrique : Le pays est aujourd’hui profondément divisé sur la question de la révision constitutionnelle. Le climat ne serait-il pas plus apaisé si le président Alpha Condé clarifiait sa position à ce sujet ? 

Rachid Ndiaye : Auprès de qui voulez-vous qu’il clarifie sa position ? Dans une démocratie, on ne peut pas imposer à un chef d’État de donner une réponse aux préoccupations de quelques personnes, surtout quand celles-ci ne concernent pas toute la nation. Il n’a de comptes à rendre à personne. Il a été démocratiquement élu pour un quinquennat renouvelable une fois, il est à la fin de son deuxième mandat, c’est à lui de juger le moment opportun pour exprimer ses intentions.

J’aimerais rappeler que la question fondamentale, celle qui devrait préoccuper la classe politique et les citoyens guinéens aujourd’hui, est l’élection législative. L’élection est un baromètre. C’est au peuple d’en donner la couleur. Il est temps qu’il s’exprime et sanctionne le bilan de ses députés. C’est aussi cela le jeu démocratique.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte