Politique

RDC – Vital Kamerhe : « Nous ferons tout pour maintenir l’alliance Tshisekedi-Kabila »

Vital Kamerhe, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.

Vital Kamerhe, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. © ROBERT CARRUBBA pour JA

Alors que la coalition formée par les partisans de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila se déchire, Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l’État et leader de l’une des principales composantes de la Coalition pour le changement, lance un appel au calme à ses troupes, tout en invitant l’ancien président à faire de même dans son propre camp.

C’est depuis Johannesburg, en Afrique du Sud, que Vital Kamerhe a observé la nouvelle poussée de fièvre au sein de l’attelage que forment les coalitions de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila. Le directeur de cabinet du président congolais vient d’y participer à la deuxième édition du Forum de l’investissement en Afrique organisé par la Banque africaine de développement, dont il sort « satisfait des avancées dans des discussions avec des partenaires sur plusieurs projets importants », au premier rang desquels, « le projet Inga III [un méga barrager sur le fleuve Congo], mais aussi dans les mines et l’agriculture ».

Mais à l’heure de reprendre l’avion pour Kinshasa, ce jeudi matin, c’est le regard tourné vers l’arène politique kinoise qu’il a répondu à Jeune Afrique. Visiblement préoccupé, celui qui est aussi chef de l’Union pour la nation congolaise (UNC), l’un des partis membres de la Coalition pour le changement (Cach, de Félix Tshisekedi),  l’Union pour la nation congolaise (UNC), multiplie les mises en garde appels au calme.

Jeune Afrique : L’alliance scellée entre la Coalition pour le changement et le Front commun pour le Congo est sujette à des tensions permanentes. L’accord ne risque-t-il pas d’être brisé ?  

Nous devons, de part et d’autres, regarder en direction des autorités morales des coalitions. Félix Tshisekedi, pour Cach, et Joseph Kabila, pour le FCC. Et tous les deux, il me semble, tiennent encore à cette coalition.

Moi-même, je suis la troisième partie prenante de cet accord, parce qu’avant l’alliance FCC-CACH, il y a l’accord de Nairobi, entre Félix Tshisekedi et moi. Et personnellement, je tiens à la coalition FCC-Cach.

J’invite le président Kabila à s’exprimer

Des cadres de l’Union pour la démocratie et le progrès social, le parti du président Félix Tshisekedi, ont agité la menace de poursuites éventuelles contre les tenants de l’ancien exécutif, Joseph Kabila en tête. Le FCC répond de son côté par des mises en garde fermes. La rupture semble pourtant bel et bien consommée…

Le point de vue qu’il faut avoir, lorsque l’on parle de l’alliance entre FCC et Cach, est qu’elle concerne d’abord les deux chefs d’état-major, les deux autorités morales à savoir, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte