Sécurité

À Paris, Déby, Issoufou et IBK s’agacent des « promesses » non tenues des Occidentaux

Ibrahim Boubacar Keïta, Mahamadou Issoufou et Idriss Déby Itno, lors du Forum sur la paix, à Paris, le 12 novembre 2019.

Ibrahim Boubacar Keïta, Mahamadou Issoufou et Idriss Déby Itno, lors du Forum sur la paix, à Paris, le 12 novembre 2019. © DR / présidence Niger

Idriss Déby Itno, Mahamadou Issoufou et Ibrahim Boubacar Keïta participaient, mardi 12 novembre, au Forum de Paris sur la paix. Les trois hommes sont passés à l’offensive, fustigeant le manque de solidarité de la communauté internationale.

Au premier étage du grand hall de la Villette, à deux pas d’une estrade sobrement intitulée « La Scène », Mahamadou Issoufou et Idriss Déby Itno finissent de grimper l’escalier, entourés de leurs escortes respectives. Le Nigérien et le Tchadien sont venus échanger lors d’un dialogue sur la « sécurité et le développement dans le Sahel ». Ils sont à l’heure, à la minute près. 11 heures tapantes.

Seulement, l’organisation du Forum de Paris sur la Paix, elle, l’est moins. Alors que Déby et Issoufou s’apprêtent à monter sur scène, peu d’Africains se sont installés dans le public, où l’on parle anglais et russe. Pire, une journaliste présente le thème de la conférence à laquelle elle croit devoir assister sur… « La Russie, partie prenante de gouvernance mondiale », en présence du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Léger couac ? Effectivement, en lieu et place des Sahéliens, c’est Lavrov qui prend place face aux journalistes russophiles. Idriss Déby Itno et Mahamadou Issoufou s’inclinent : les deux Africains font demi-tour, direction l’espace réservé aux chefs d’État. Ils reviendront une quarantaine de minutes plus tard, cette fois accompagnés de leur homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta.

« Des bonnes intentions », mais après ?

Les trois hommes ont-ils eu le temps de se concerter, si tant est qu’ils en aient encore besoin ? Ils apparaissent en tout cas sur la même longueur d’ondes : l’insuffisance de l’aide internationale pour la sécurité au Sahel et pour les forces du G5 Sahel. « Nous avons créé le G5 Sahel, ce qui est une bonne chose. Mais aujourd’hui, il n’est pas du tout opérationnel », attaque Idriss Déby Itno.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte