Politique

RDC : retour de Floribert Anzuluni, coordinateur de Filimbi, après plus de quatre ans d’exil

Floribert Anzuluni à Paris, le 21 août 2017.

Floribert Anzuluni à Paris, le 21 août 2017. © Vincent Fournier/JA

Le coordinateur du mouvement citoyen Filimbi, Floribert Anzuluni, est rentré dimanche 10 novembre à Kinshasa après plus de quatre ans en Belgique, où il avait fui le régime de l’ancien président Joseph Kabila.

Comme il l’avait annoncé à Jeune Afrique fin octobre, Floribert Anzuluni est rentré à Kinshasa. Le coordinateur du mouvement citoyen Filimbi a jugé le moment « propice » pour revenir, plus de neuf mois après l’investiture du nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Cadre bancaire spécialisé dans la gestion des risques, il avait quitté la RDC en mars 2015 après un coup de filet de la police visant Filimbi et des activistes des mouvements Balai citoyen (Burkina Faso) et Y’en a marre (Sénégal). En son absence, quatre militants de son mouvement Filimbi (« coup de sifflet » en swahili) ont été emprisonnés près d’un an sous l’ancien régime de Joseph Kabila. Ils ont été libérés juste avant les élections du 30 décembre 2018.

« C’est dans les actes que nous jugerons »

Joint par l’AFP, Floribert Anzuluni s’est félicité que « la mobilisation interne et externe » ait empêché Joseph Kabila de se représenter, puis d’imposer son « dauphin », Emmanuel Ramazani Shadary. « Pour nous ce processus électoral n’a pas été suffisamment transparent et démocratique », a-t-il cependant ajouté. « Le système que nous continuons à combattre est toujours en place », a-t-il encore précisé.

C’est dans les actes que nous jugerons

Floribert Anzuluni s’est également exprimé sur l’engagement pris par le président Tshisekedi de lutter contre la corruption. « Il nous faut aujourd’hui bien plus que des promesses. C’est dans les actes que nous jugerons », a-t-il commenté. « Notre rôle va être d’éradiquer pacifiquement toutes les racines du système et ses différents maux : corruption, mauvaise gouvernance, détournement des fonds publics, violences politiques… ».

Plusieurs opposants ont fait leur retour en RDC depuis l’investiture du président Tshisekedi, dont l’ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi, rentré en mai dernier après trois ans en Belgique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte