Sécurité

Mali : mesures disciplinaires après une faille de sécurité à l’aéroport de Bamako

Des soldats à l'aéroport de Bamako. Photo d'illustration.

Des soldats à l'aéroport de Bamako. Photo d'illustration. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

La police malienne a annoncé des mesures disciplinaires après la diffusion d’une vidéo suggérant que des passagers arrivés à l’aéroport international de Bamako sont entrés sur le territoire sans croiser de policier, ni subir de contrôle.

La polémique est née d’une vidéo tournée à l’arrivée, à Bamako, d’un vol d’Air Mauritanie en provenance de Brazzaville dans la nuit de jeudi à vendredi 8 novembre.

« Vous voyez, à l’aéroport de Bamako, on arrive à une heure et quelques du matin », dit la voix d’un homme, invisible à l’écran. « Il n’est même pas une heure, il est minuit », interrompt une voix féminine indignée. « Il n’y a pas de policier, la porte (entre la zone internationale et le territoire malien) était fermée. Ah, ça, c’est un aéroport », reprend la voix masculine, progressant vers les boxs normalement occupés par les policiers aux frontières, mais visiblement vides. « Voilà, y’a pas de policier, y’a personne. On est obligés de passer parce qu’il y a personne », conclut la voix masculine.

Indignation

Cette vidéo a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. Dans un communiqué publié vendredi, la direction de la police des frontières a expliqué que l’avion était arrivé plus d’une heure plus tôt que prévu. Les portes séparant la zone internationale du reste de l’aéroport étaient bien fermées, mais un agent de la direction des aéroports « s’est permis d’ouvrir les portes avec sa carte magnétique » sans en référer à la police et en violation des procédures, écrit la police nationale dans un communiqué.

Des dispositions supplémentaires seront prises afin que de tels incidents ne se reproduisent plus jamais

Deux ministres de tutelle (Sécurité et Transports) se sont rendus depuis à l’aéroport, a ajouté la police nationale dans un autre communiqué publié ce week-end, dans lequel elle exprime sa « stupéfaction ».

Des mesures disciplinaires ont été prises contre « tous les agents qui étaient en poste », a souligné la police, sans toutefois préciser la nature des sanctions, ni qui elles visent. « Le directeur général de la police nationale rassure l’opinion nationale et internationale (sur le fait) que des dispositions supplémentaires seront prises afin que de tels incidents ne se reproduisent plus jamais », selon la même source.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte