Bourse

Forte remontée des « nouveaux » investissements directs étrangers en Afrique

| Par
En 2013, le Mozambique a absorbé 6,06 des nouveaux projets d'investissements étrangers dans la région MEA, selon le rapport fDi 2014. Vue de Maputo, la capitale.

En 2013, le Mozambique a absorbé 6,06 des nouveaux projets d'investissements étrangers dans la région MEA, selon le rapport fDi 2014. Vue de Maputo, la capitale. © Wikimedia Commons

Le « Financial Times » vient de publier son rapport 2014 sur les investissements de création de capacités (greenfield) à travers le monde. Durant l’année écoulée, ces investissements ont atteint 52 milliards de dollars en Afrique, soit 11% de plus qu’en 2012. Le Mozambique et le Nigeria ont été les principales destinations de ces investissements sur le continent.

Le groupe du quotidien économique britannique The Financial Times vient de publier le rapport fDi 2014 qui recense les « investissements directs étrangers », à travers le monde. Particularité importante de cette étude, elle n’évalue que les investissements de création de capacités (greenfield) et par conséquent ne recense que les nouveaux projets d’investissements ou « les extensions significatives de projets existants ». Ni les fusions-acquisitions, ni les investissements en actions ne sont inclus dans cette évaluation.

Lire aussi :

Investissements directs étrangers : la Cnuced confirme l’attractivité de l’Afrique subsaharienne

Attractivité : l’Afrique prend (très vite) du galon

Investissements : les États africains prennent des avocats

Forte remontée

Selon les données de ce rapport, ces IDE sont passés, au niveau mondial, de 557,58 milliards de dollars en 2012 à 618,62 milliards de dollars durant l’année écoulée. Le continent africain a quant a lui attiré 51,98 milliards de dollars d’investissements « greenfield », soit 10,76% de plus que les 46,92 milliards de dollars enregistrés en 2012.

Si on est loin des 70,92 milliards de dollars enregistrés en 2011, cette croissance confirme néanmoins la vigueur de l’attractivité de l’Afrique. En effet, l’an dernier, les IDE « greenfield » vers l’Europe ont baissé de 12,08%, tandis que ceux destinés à la région Asie-Pacifique baissaient de 4,67 %.

Les résultats enregistrés en Afrique sont légèrement inférieurs aux 57 milliards de dollars du Rapport mondial sur les investissements 2014 publié fin juin dernier par la Cnuced. Cela est dû notamment aux différences méthodologiques qui existent entre ces études.

Le Mozambique en tête

Selon les données du rapport fDi 2014, le Mozambique, qui a recueilli 6 milliards de dollars en investissements « greenfield » en 2013, occupe la première place en Afrique, suivi par le Nigeria (5,8 milliards), l’Afrique du Sud (5,4 milliards) et l’Éthiopie (4,5 milliards). L’Algérie, premier pays maghrébin dans le classement africain, a reçu 4,32 milliards d’investissements de création de capacités.

À l’instar de la Cnuced, le rapport que vient de publier fDi Intelligence note aussi la percée des IDE sortants, qui ont presque doublé en un an en valeur. Le nombre de projets d’IDE « greenfield » sortants du continent est passé de 171 en 2012 à 206 en 2013. C’est le plus haut niveau enregistré depuis 2003, année de lancement de fDi Markets.

Top cinq en Afrique (montant des IDE « greenfield » en 2013 ):

1. Mozambique – 6 milliards de dollars
2. Nigeria  – 5,8 milliards de dollars
3. Afrique du Sud – 5,52 milliards de dollars
4. Éthiopie – 4,5 milliards de dollars
5. Algérie  – 4,3 milliards de dollars

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte