Politique

Tunisie : le gouvernement insaisissable d’Ennahdha

Le chef du parti tunisien d'inspiration islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, s'adresse à des partisans réunis devant le siège du parti pour célébrer la victoire aux élections législatives.

Le chef du parti tunisien d'inspiration islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, s'adresse à des partisans réunis devant le siège du parti pour célébrer la victoire aux élections législatives. © Parti Ennahdha/Twitter

Premier parti de l’hémicycle à l’issue des élections législatives (52 sièges), dont les résultats définitifs ont été annoncés ce vendredi 8 novembre, Ennahdha parviendra-t-il à gouverner seul ? Entre alliances et désaccords, le parti d'inspiration islamiste se livre à un difficile jeu d’équilibriste.

L’Instance supérieure indépendante des élections (Isie) a validé ce vendredi 8 novembre les résultats des élections législatives du 6 octobre, rendant définitive la composition de la nouvelle Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) qui pourrait siéger avant le 15 novembre. Comme prévu, les résultats font d’Ennahdha, avec 52 sièges sur 217, le premier parti de l’hémicycle. À ce titre, la formation qui revendique le label d’islamo-démocrate doit désigner un chef du gouvernement que devra approuver le président de la République qui lui confiera la composition du prochain exécutif.

La procédure constitutionnelle est simple mais devient complexe lorsque les résultats des législatives ne dégagent aucune majorité tranchée au Parlement. Depuis un mois, calculettes en main, les politiciens se perdent en conjectures et tentent d’imaginer les alliances possibles que pourrait nouer Ennahdha au Bardo pour atteindre le quota de 109 députés qui lui permettrait de gouverner. Une opération qui n’est pas qu’arithmétique, rendue d’autant plus difficile que la composition de l’ARP est non seulement morcelée mais aussi met en évidence des partis qui se sont étripés durant toute la campagne électorale. Difficile d’obtenir une majorité qui ne soit pas bancale ou, au moins, fragile.

Exercice périlleux

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte