Justice

Tchad : un civil tué, quatre membres des forces de l’ordre interpellés

Dans les rues de N'Djamena.

Dans les rues de N'Djamena. © Vincent Fournier/JA

Quatre membres de la garde personnelle du président de l'Assemblée nationale tchadienne ont été interpellés mercredi à N'Djamena après le meurtre d'un civil, a annoncé mercredi le procureur de la République près le tribunal de grande instance de la capitale tchadienne.

Un motocycliste est mort lundi, touché par des tirs provenant du cortège qui escortait le président de l’Assemblée nationale Haroun Kabadi, a affirmé le procureur, Youssouf Tom. Il ajoute que « quatre éléments des forces de l’ordre, suspectés d’être impliqués, ont été interpellés le jour même de l’incident » pour meurtre et complicité de meurtre.

« Si nous n’arrivons pas à identifier l’auteur du tir, la responsabilité civile de l’Assemblée nationale sera engagée », a-t-il conclu. Les membres de la garde personnelle de Haroun Kabadi, membre du Mouvement patriotique pour le salut (MPS, au pouvoir), avaient déjà provoqué l’émoi en tirant sur un civil en 2018 dans des circonstances similaires. Selon le procureur de la République, dans l’impossibilité d’établir l’identité du tireur, la Justice avait alors conclu à la responsabilité civile de l’Assemblée nationale.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte