Sécurité

Burkina Faso : au moins 37 morts dans l’attaque d’un convoi d’une société minière

Des soldats burkinabè lors d'un exercice en février 2019 (image d'illustration).

Des soldats burkinabè lors d'un exercice en février 2019 (image d'illustration). © DR / Forces armées burkinabè

Une embuscade contre un convoi transportant des employés de l'entreprise canadienne, la Société d'Exploration Minière en Afrique de l'Ouest (Semafo) au Burkina Faso, a fait mercredi 37 morts et 60 blessés.

Cinq autobus de la Semafo transportant du personnel, des entrepreneurs et des fournisseurs ont été victimes d’une attaque à une quarantaine de kilomètres du site de Boungou, dans la région de l’Est le mercredi 6 novembre. « Un véhicule militaire qui assurait l’escorte en tête de convoi a sauté sur un engin explosif improvisé », détaille une source sécuritaire.

Dans un communiqué, le gouverneur de la région, le colonel Saidou Sanou évoque une attaque « barbare et lâche », perpétrée « dans la matinée » par « des individus armés non identifiés ». « Un ratissage des forces de sécurité est en cours dans la zone », a-t-il ajouté.

La société canadienne avait fait part dans un premier temps d’un bilan de « plusieurs morts et blessés ». L’attaque a fait au moins 37 morts et une soixantaine de blessés qui ont été pris en charge par les autorités sanitaires. Plusieurs passagers restent encore introuvables.

Quelques jour plus tôt, le 3 novembre, quatre personnes dont le député-maire de la ville de Djibo, Oumarou Dicko, avaient été tuées dans une embuscade dans la région du Sahel.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte