Politique

Maroc : en appelant à un « nouveau pacte politique », l’Istiqlal cherche à se reconstruire

Le secrétaire général du parti de l'Istiqlal, Nizar Baraka.

Le secrétaire général du parti de l'Istiqlal, Nizar Baraka. © Alexandre Chaplier pour JA

Le parti de l’opposition, pour qui le dernier remaniement ministériel n’a « aucune identité politique et qui met en péril la légitimité démocratique », appelle à de nouvelles réformes politiques et institutionnelles.

« Régression en termes de libertés publiques », « institutions vidées de leur esprit », « crise politique structurelle ». Le parti de l’Istiqlal durcit le ton. La formation de l’opposition, qui a tenu son conseil national le week-end dernier, sonne la charge contre le flou de gouvernance alors que « la volonté populaire pousse vers un changement réel ».

Dans son discours devant ses partisans, le secrétaire général Nizar Baraka a appelé à « la réouverture, dans l’immédiat, du chantier des réformes politiques et institutionnelles. Et ce, en capitalisant sur les acquis de l’avant et après Constitution de 2011 et en se penchant sur les aspects négatifs qui ont bridé le processus démocratique au Maroc ».

Légitimité démocratique « en péril »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte