Économie

La reprise de l’usine Bombardier à Casablanca par l’américain Spirit Aerosystems rassure la filière aéronautique marocaine

L’accord signé entre le manufacturier du Kansas et le groupe canadien doit permettre la poursuite des investissements sur le site de production. Une extension est prévue dans quelques mois avec 450 emplois supplémentaires à la clé.

Réservé aux abonnés
Par - à Casablanca
Mis à jour le 4 novembre 2019 à 17:22

Le Bombardier Challenger, pour lequel l’usine de Nouaceur produit des sous-ensembles. © Cory W. Watts from Madison, Wisconsin, United States of America, CC BY-SA 2.0, Wikimedia Commons

Six mois après avoir annoncé son intention de céder son usine marocaine, Bombardier vient de trouver un repreneur, et pas n’importe lequel. Il s’agit du géant américain Spirit Aerosystems, installé au Kansas et leader des aérostructures pour l’aviation civile, qui a déboursé plus de 1,2 milliard de dollars pour conclure cette transaction qui englobe aussi les usines du canadien à Belfast et à Dallas.

Cette reprise réconforte l’ensemble du secteur de l’industrie au Maroc, mais aussi le ministre marocain de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Ce dernier avait promis que l’usine continuerait à tourner malgré la décision surprise du groupe canadien.

Le repreneur américain emploie plus de 15 000 personnes à travers ses différents sites en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Spirit a enregistré en 2018 un chiffre d’affaires dépassant les 7 milliards de dollars.

Continuité de l’activité