Politique

Algérie : les étudiants dans la rue pour redire leur opposition à la présidentielle

Manifestation des étudiants dans les rues d'Alger, mardi 29 octobre, contre le gouvernement en place et la tenue de l'élection présidentielle prévue le 12 décembre 2019.

Manifestation des étudiants dans les rues d'Alger, mardi 29 octobre, contre le gouvernement en place et la tenue de l'élection présidentielle prévue le 12 décembre 2019. © Fateh Guidoum/AP/SIPA

Quelque 2 000 étudiants algériens ont défilé dans la capitale Alger pour le 36e mardi consécutif, réitérant leur rejet de la présidentielle du 12 décembre et réclamant la libération des détenus arrêtés en lien avec le mouvement.

Les étudiants algériens, accompagnés de citoyens, ont défilé sans incidents dans les rues d’Alger, où la police était déployée en nombre.

« Cette année, il n’y aura point de vote », ont-ils scandé, en référence à la présidentielle que le pouvoir entend organiser le 12 décembre pour élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission en avril sous la pression de la rue et de l’armée.

Le scrutin est rejeté par le hirak, le mouvement de contestation qui secoue l’Algérie depuis le 22 février, demandant le départ de l’ensemble du « système » au pouvoir et la mise en place d’institutions de transition.

Mais le 27 octobre, l’Autorité nationale indépendante des élections a enregistré 22 candidatures, dont celles de deux ex-Premiers ministres du président déchu, à la présidentielle.

« Libérez nos enfants » ont également crié les manifestants, brandissant des portraits de personnes arrêtés en lien avec le hirak.

Parmi ces visages, celui d’une étudiante en droit, Nour al-Houda Dahmani, devenue l’une des icônes du mouvement depuis son incarcération le 17 septembre, pour avoir brandi une pancarte dénonçant la « corruption ».

Selon le Comité national de libération des détenus, une centaine de manifestants, militants ou journalistes ont été détenus depuis juin pour des faits liés au hirak. Parmi eux, certains ont été arrêtés pour avoir brandi le drapeau amazigh (berbère). Le 22 octobre, deux ans de prison ferme ont été requis pour « atteinte à l’intégrité du territoire » contre six manifestants arrêtés en juin en possession de tels emblèmes.

Le verdict de ce procès, attendu mardi, n’a finalement pas été rendu en raison d’une grève illimitée et inédite des magistrats, lancée dimanche pour dénoncer la « mainmise du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire ».

Des proches de ces détenus ont protesté contre cette grève devant le principal tribunal d’Alger, estimant qu’elle retenait les détenus en « otage ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte