Politique

Tunisie : « S’il parvient à moraliser la vie politique, Kaïs Saïed aura rempli son rôle »

Kaïs Saïed, le 13 octobre 2019.

Kaïs Saïed, le 13 octobre 2019. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Pour le politologue et expert en plaidoyer Karim Bouzouita, le nouveau président tunisien Kaïs Saïed doit tourner la page de l’ère de l’impunité tout en répondant aux revendications de l’ensemble des Tunisiens.

Quelques jours après l’investiture du nouveau président Kaïs Saïed à Carthage, la Tunisie se trouve dans un entre-deux politique en attendant la mise en place de la nouvelle Assemblée des représentants du peuple (ARP). Karim Bouzouita, politologue et expert en plaidoyer et communication politique, décrypte pour Jeune Afrique cette situation singulière, rectifie certaines lectures et souligne les risques pour le pays.

Jeune Afrique : La longue séquence électorale qui s’est achevée mi-octobre a été riche en rebondissements. Que s’est-il joué ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte