Diplomatie

Sénégal : le procès de Lamine Diack fixé au 13 janvier 2020

Lamine Diack a été mis en examen en France pour corruption.

Lamine Diack a été mis en examen en France pour corruption. © Kin Cheung/AP/SIPA

L'ancien patron de l'athlétisme mondial (IAAF) et son fils seront jugés du 13 au 23 janviers 2020. Les deux hommes sont soupçonnés d'être au cœur d'un système de corruption visant à couvrir des cas de dopage de sportifs russes.

Celui qui fut l’influent président de la fédération internationale d’athlétisme entre 1999 et 2015, devra répondre de « corruption active et passive », « abus de confiance » et « blanchiment en bande organisée » devant le tribunal correctionnel. Au terme de vastes investigations, un trio de juges mené par Renaud Van Ruymbeke avait signé le 19 juin son ordonnance de renvoi.

Lancée en 2015 par le parquet national financier, cette enquête aux ramifications internationales a exploré tous les recoins d’un pacte de corruption présumé, sur fond de dopage institutionnel en Russie : Lamine Diack aurait obtenu des fonds russes pour des campagnes politiques au Sénégal, en échange de l’indulgence des services antidopage de l’IAAF.

Le pacte aurait aussi permis de faciliter des négociations avec des sponsors et des diffuseurs russes, avant les Mondiaux d’athlétisme à Moscou en 2013. Outre Lamine Diack, le juge a renvoyé sur le banc des prévenus cinq autres protagonistes dont son fils, Papa Massata Diack, ex-puissant conseiller à l’IAAF chargé du dossier des droits marketing, aux montants colossaux.

Enquête internationale

Soupçonné d’avoir joué un « rôle central » dans ce système, il est notamment poursuivi pour « blanchiment en bande organisée », « corruption active » et « complicité de corruption passive ».

Réfugié à Dakar, il n’a toutefois jamais pu être interrogé par la justice française, qui a lancé un mandat d’arrêt contre lui.

Autres acteurs présumés, l’ancien conseiller juridique de Lamine Diack, Habib Cissé, soupçonné d’avoir joué les intermédiaires entre l’IAAF et l’athlétisme russe, et l’ancien chef antidopage de l’IAAF, Gabriel Dollé, renvoyés pour « corruption passive ».

Côté russe, Valentin Balakhnichev et Alexeï Melnikov, qui fut l’entraîneur en chef des courses de fond à la Fédération russe d’athlétisme, doivent répondre de « corruption passive et active », ainsi que « blanchiment aggravé » pour le premier, et de « corruption passive » pour le second.

Tous deux sont sous le coup d’un mandat d’arrêt des juges.La justice française, compétente parce que des fonds ont pu être blanchis sur son territoire, avait été saisie par l’Agence mondiale antidopage (AMA) en 2015. L’année suivante, une enquête commandée par l’AMA a révélé un système de dopage institutionnel en Russie, allant au-delà de l’athlétisme.

Le procès doit se tenir sur six demi-journées.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte