BTP & Infrastructures

Face-à-face : prise de bec autour de l’automatisation des péages camerounais

De g. à d. : Franck Casteleyn (directeur Cameroun, Razel-Bec), Rik Joostens (DG, Egis Projects) et Kushil Maharaj (directeur exécutif, Intertoll)

De g. à d. : Franck Casteleyn (directeur Cameroun, Razel-Bec), Rik Joostens (DG, Egis Projects) et Kushil Maharaj (directeur exécutif, Intertoll) © Lonovo ; Boris-Yvan Dassie ; DR

Le consortium français composé par Razel-Bec et Egis Project, choisi par les autorités camerounaises pour automatiser 45 péages routiers, voit son contrat contesté par son concurrent sud-africain Intertoll, qui l’accuse d’avoir été juge et partie dans l’attribution de ce dossier.

Depuis 2009, le Cameroun cherche à automatiser ses 45 péages routiers, dont plus de la moitié des recettes lui échappe à cause de la fraude. Le 25 avril, un consortium français composé de Razel-Bec, dirigé localement par Frank Casteleyn, et Egis Projects, piloté par Rik Joostens, se voyait attribuer la concession pour la construction, le financement et l’exploitation de quatorze péages routiers automatiques, les plus rentables du pays, qui génèrent 75 % des recettes.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte