Finance

Au Kenya, le plafonnement des taux d’intérêt oppose le Parlement au président Uhuru Kenyatta

Le quartier d'affaires de Nairobi, au Kenya.

Le quartier d'affaires de Nairobi, au Kenya. © Claudia Lacave

Depuis trois ans, les taux d’intérêt des prêts bancaires sont plafonnés. La mesure, combattue depuis le début par les banques, affiche un bilan décevant d’après le FMI. Le président Uhuru Kenyatta veut supprimer ce plafond, quitte à affronter une fronde parlementaire.

Le président Uhuru Kenyatta a donné son avis sur la loi de finances 2019/2020 : le plafond imposé aux banques sur les taux d’intérêt des prêts commerciaux doit être supprimé.

Son mémorandum, envoyé le 17 octobre au Parlement, reproche à la loi, qu’il soutenait à l’époque, de ne pas avoir atteint son objectif d’élargir l’accès au crédit.

Le Parlement peut maintenant proposer un plafond plus élevé, l’annuler complètement ou s’opposer au gouvernement et au Trésor si 2/3 des membres votent pour ignorer le mémorandum. Aden Duale, chef de la majorité à l’Assemblée nationale, a déclaré qu’une décision serait prise d’ici la fin du mois.

Reprendre le contrôle des taux d’intérêt

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte