Défense

Burundi : quatre journalistes arrêtés pour « complicité d’atteinte à la sécurité de l’État »

Des journalistes burundais protestent contre la censure et la répression le 3 mai 2015 à Bujumbura.

Des journalistes burundais protestent contre la censure et la répression le 3 mai 2015 à Bujumbura. © erome Delay/AP/SIPA

Quatre journalistes burundais travaillant pour le média indépendant Iwacu et leur chauffeur ont été écroués samedi. Ils ont été arrêtés alors qu’ils couvraient l’attaque de rebelles burundais venus de RDC.

Les journalistes et leur chauffeur ont été arrêtés alors qu’ils couvraient l’incursion de rebelles burundais venus de la République démocratique du Congo (RDC) voisine. Ils ont été inculpés de « complicité d’atteinte à la sécurité de l’État » et écroués samedi, a-t-on appris de source judiciaire et de témoins.

« Le procureur de Bubanza, Clément Ndikuriyo, a accusé les quatre journalistes et leur chauffeur de complicité avec le groupe armé qui a attaqué mardi et vient de les inculper de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’état », a annoncé une source policière sous couvert d’anonymat.

« Les cinq ont ensuite été conduits à la prison centrale de Bubanza où ils ont été écroués », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’un « procès doit être organisé très rapidement suivant la procédure de flagrant délit ».

5 à 10 de prison

Les quatre journalistes et leur chauffeur risquent de 5 à 10 ans de prison, selon le code pénal burundais. Les journalistes travaillaient pour Iwacu, l’un des derniers médias indépendants du Burundi. Ils ont été arrêtés dans la province de Bubanza (ouest).

Au moins 14 rebelles du groupe burundais RED-Tabara, basé dans l’est de la RDC, ont été tués lors de cette attaque, la première depuis 2017, selon la police burundaise.

De son côté, le mouvement rebelle a affirmé avoir tué une dizaine de membres des forces de défense et de sécurité.

Crise politique

Le gouvernement burundais et de nombreux diplomates estiment que ce groupe rebelle est dirigé par l’un des plus farouches opposants au régime burundais, Alexis Sinduhije, ce que l’intéressé a toujours nié.

Le Burundi a chuté en 2017 à la 160e place du classement de la liberté de la presse dans le monde établi par RSF, suite à la crise politique déclenchée par l’annonce, en avril 2015, de la candidature du président Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat, qu’il a obtenu en juillet de la même année.

Cette crise a déjà fait de 500 à 2.000 morts imputées essentiellement aux forces de l’ordre selon les sources (ONU et ONG).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte