BTP & Infrastructures

Au Gabon, Stoa Infra & Energie acquiert 10 % de GSEZ Ports, opérateur du port d’Owendo

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Vue aérienne du port d'Owendo, au Gabon

Vue aérienne du port d'Owendo, au Gabon © DR

Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé mais la société d’investissement française prend place au sein du capital de GSEZ Ports, aux côtés du singapourien Olam, de l’État gabonais, et de l’African Finance Corporation.

Le fonds d’investissement Stoa Infra & Energie vient d’annoncer son entrée au capital de l’opérateur du port d’Owendo, a révélé vendredi 25 octobre le site d’information Jeune Afrique Business +. Il s’octroie 10 % de GSEZ Ports (New Owendo International Port), la société qui opère l’activité de vrac de cette infrastructure.

L’annonce ne précise cependant pas s’il s’agit d’un rachat de participation partielle ou d’une augmentation de capital, et le montant de la transaction n’a pas été révélé non plus.

Cependant Jeune Afrique Business + précise que les tickets habituels pris par Stoa sont compris entre 10 et 50 millions d’euros par opération, avec une moyenne de 30 millions d’euros. « JAB+ » ajoute que Stoa était en discussion depuis un an avec les dirigeants de cette infrastructure considérée comme “structurante” pour le Gabon.

100 millions d’euros investis sur le continent

Inauguré en 2017, le port d’Owendo voit ses opérations réalisées par différentes entités. L’activité containers est opérée par le groupe Bolloré Transport & Logistics, les activités de vrac sont opérées par GSEZ Ports, et le terminal minéralier est lui aussi opéré par GSEZ Ports, en partenariat avec la société française d’investissement Meridiam (qui détient 25 % des activités minérales de GSEZ).

Créé en 2017 par la Caisse des dépôts française et l’Agence française de développement, Stoa s’octroie donc 10 % de la société GSEZ Ports qui était jusque-là détenue par l’African Finance Corporation (21 %), le singapourien Olam (40,5 %) et l’État gabonais (38,5 %).

Le portefeuille africain de Stoa Infra & Énergie est de l’ordre de 100 millions d’euros sur un total investi de 200 millions d’euros dans le monde. Le véhicule est par exemple positionné, à hauteur de 10 %, dans le projet de production et de transport d’hydroélectricité de Nachtigal Hydro Power Co aux côtés d’EDF, du Cameroun, de la SFI et d’Africa50. Stoa a aussi pris un intérêt dans Metro Fibre Networx en Afrique du Sud.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte