Médias

[Chronique] « The British Tribe Next Door » : des Africains comme bêtes de foire ?

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

Damien Glez

© Damien Glez

Sur la chaîne de télévision Channel 4, l’émission « The British Tribe Next Door » suscite une indignation antiraciste. Une tribu africaine de Namibie y est « envahie » par des Britanniques bon teint…

« The British Tribe Next Door » (« La tribu britannique d’à côté ») : le nom de cette nouvelle émission de téléréalité a le mérite d’être explicite. Le domicile de la famille anglaise des Moffatt a été intégralement reconstitué –jusque dans les moindres détails kitschs et technologiques– au milieu de Huttes namibiennes de terre et de pierre. Commence alors la confrontation surréaliste entre les autochtones de la tribu Himba et les Britishs, leur eau courante, leur électricité, leur wifi, leurs rouleaux de papier hygiénique et leurs détecteurs de métaux.

Rapidement, les cameramen captent avec gourmandise des scènes qui mettent mal à l’aise bon nombre de téléspectateurs. Lorsque qu’une Himba se découvre avec stupeur dans un miroir, on ne peut s’empêcher de penser aux colons occidentaux qui entendaient apporter, des siècles durant, une technologie salvatrice à des peuples censément attardés. Quand les Namibiennes effarouchées peinent à gravir un escalier qui leur semble plus abrupt que le massif de Brandberg, on croit visionner une « caméra cachée » des plus potaches…

Curiosité ou voyeurisme ?

Bien sûr, pour combiner légitimité et quête d’audience, la production évoque une « expérience sociale » à intérêt « ethnographique », dans un monde qui se replie dangereusement sur les identités étriquées. Est-il sain ou malsain d’accorder son attention à des peuples africains largement ignorés par l’Occident ? Sans doute faut-il se garder de jugement lapidaire, tout étant question de placement subjectif du curseur sur l’axe de la dignité.

Si « zoophication » il y a, les animaux de foire de cette émission se trouvent dans la famille Moffatt

L’émission burlesque « The British Tribe Next Door » n’est pas la dérangeante polonaise « Retourne d’où tu viens » – sur les réfugiés – ni la bienveillante française « Rendez-vous en terre inconnue » – immersion sirupeuse de stars sans maquillage.

Où s’arrête la saine curiosité et où commence le voyeurisme moqueur d’étrangetés toutes relatives ? Où s’arrête l’enrichissante confrontation des modes de vie et où commence l’« anachronisme » géographique absurde ? Où s’arrête la valorisation des cultures et où commence l’exhibition humiliante ? Et si les critiques n’étaient pas, pour une fois, eurocentrées ?

Les Himbas sont moins dupes qu’on veut bien le faire croire. En réalité, si « zoophication » il y a, les animaux de foire de cette émission se trouvent dans la famille Moffatt.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte