Économie

Objectifs du millénaire : l’Afrique du Nord y est presque

Le taux de scolarisation à l'école primaire a atteint 99% en Afrique du Nord.

Le taux de scolarisation à l'école primaire a atteint 99% en Afrique du Nord. © Magharebia/Flickr

Le rapport de l’ONU pour l’année 2014 sur l’état de réalisation des Objectifs du millénaire salue les efforts et les progrès de l’Afrique du Nord en matière d’éducation et de réduction de l’extrême pauvreté.

Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, a présenté le 7 juillet le rapport 2014 sur la réalisation des Objectifs du millénaire (OMD), dernier bilan avant l’échéance de 2015. L’Afrique du Nord, bonne élève, affiche des résultats encourageants dans presque tous les domaines.

Accès à l’éducation

Dans la région, l’objectif d’accès universel à l’éducation primaire a pratiquement été atteint et le taux d’alphabétisation s’est sensiblement amélioré. En 1990, l’Afrique du Nord affichait un taux de scolarisation au primaire de 80 %. En 2012, ce ratio atteignait 99%. De plus, souligne le rapport de l’ONU, « entre 2000 et 2011, sur dix élèves ayant commencé leurs études primaires, neuf les ont poursuivies jusqu’à la fin du cycle ».

Lire aussi:

Le monde ne peut se permettre un déficit d’éducation

Francisco Ferreira : « À l’Afrique d’explorer ses propres voies de développement ! »

Algérie : un autre monde…

Par ailleurs, l’Afrique du Nord s’approche de l’égalité femmes-hommes en matière d’alphabétisation. Cette dernière augmente plus vite chez les femmes que chez les hommes puisqu’on note « une hausse de 29 points du taux d’alphabétisation des femmes entre 1990 et 2011. Sur la même période, il n’augmentait que de 16 points chez les hommes », rappelle l’ONU.

La région compte, en moyenne, 99 filles inscrites à l’école secondaire pour 100 garçons – et « plus de jeunes filles que de jeunes hommes inscrites dans les établissements d’enseignement supérieur ».

Pauvreté

L’Afrique du Nord a par ailleurs atteint plusieurs objectifs en matière de réduction de la pauvreté. La part de la population vivant dans l’extrême pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour – en parité de pouvoir d’achat) a effectivement été réduite de moitié, passant de 5 % en 1990 à 1 % en 2012. Sur la même période, cette proportion est passée de 56% à 48% en Afrique subsahrienne et de 47% à 22% dans l’ensemble des pays en développement. Il en est de même en ce qui concerne le nombre d’enfants de moins de cinq ans en situation de sous-alimentation, passé de 10 à 5% entre 1990 et 2012. La proportion de la population ayant accès à l’eau potable, dans la région, est passée de 87 à 92% sur la même période.

Dans la région, le taux de mortalité maternelle est passé de 160 à 69 pour 100 000 naissances vivantes, entre 1990 et 2013, soit une baisse supérieure à 53%, contre une baisse moyenne de 45% à l’échelle mondiale. Dans le même temps, le nombre d’accouchements réalisés en présence de professionnels de santé qualifiés est passé de 47% en 1990 à 83% en 2012. Le taux de mortalité infantile, dans la région, est passé de 73 décès pour 1000 naissances vivantes en 1999 à 22 décès en 2012. Une performance bien supérieure à celle réalisée dans l’ensemble des pays en développement : de 99 à 53 décès pour 1000 naissances vivantes sur la même période.

Entre 1990 et 2012, la proportion de femmes occupant un emploi salarié non-agricole, en Afrique du Nord, est passée de 19% à … 19%

Inégalités

Si l’Afrique du Nord progresse dans de nombreux domaines et s’approche de la réalisation des OMD, des efforts restent encore à fournir au regard de l’égalité entre femmes et hommes. En effet, les inégalités de genre persistent sur le marché de l’emploi.

Ces vingt dernières années, s’alarme l’ONU, l’accès des femmes aux emplois rémunérés n’a connu aucune réelle évolution. La proportion de femmes occupant un emploi salarié non-agricole est restée la même entre 1990 et 2012 : 19%. Sur la même période, cette part croissait de 23 à 33% en Afrique subsaharienne.

La participation des femmes en politique progresse néanmoins. Selon l’ONU, la proportion de femmes députées dans la région a crû de 20 points de pourcentage entre 2000 et 2014, passant de 3 à 24%. À titre de comparaison, en Afrique subsaharienne, cette part est passée de 13 à 23% sur la même période, dans l’ensemble des régions en développement, elle a crû de 12 à 21%. Avec 32% de femmes membres du Parlement, l’Algérie tire son épingle du jeu et s’impose comme le seul pays arabe à dépasser les 30%.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte