Politique économique

Le Kenya double son plafond d’endettement autorisé, qu’il a déjà largement dépassé

Le quartier d'affaires de Nairobi, au Kenya

Le quartier d'affaires de Nairobi, au Kenya © Crédit : Sam Stearman

Déjà très endettée, la locomotive économique de l’Afrique de l’Est vient de relever le plafond de son endettement maximal, pour dépenser plus, notamment dans les infrastructures. De quoi susciter des inquiétudes sur le plus long terme.

Alors que la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme sur les niveaux d’endettement dans de nombreux pays africains, le Kenya vient d’annoncer une nouvelle réforme sur sa méthode de calcul de sa dette publique.

Les parlementaires ont ainsi approuvé, ce mercredi 16 octobre, un projet de loi visant à présenter le plafond de la dette en chiffres absolus et non plus en pourcentage du PIB comme auparavant. En d’autres termes, le Trésor public a proposé de fixer à 9 000 milliards de shillings (86 milliards de dollars) le seuil maximal de cet endettement.

De toute façon le Kenya ne respectait déjà plus ses objectifs

Avec une telle loi, le pays se donne une marge de manœuvre plus importante, puisqu’il peut s’endetter jusqu’à plus de 100 % du PIB, soit le double du plafond actuel de 50 %.

Un seuil plus élevé

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte