Politique

Burkina Faso : Blaise Compaoré sort de son silence et reprend la main sur un CDP en crise

L’ancien chef de l’État burkinabè Blaise Compaoré.

L’ancien chef de l’État burkinabè Blaise Compaoré. © Francois Mori/AP/SIPA

Alors que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) traverse une crise pour l’investiture d’un candidat à la présidentielle de 2020, son fondateur, l'ex-président Blaise Compaoré, est sorti de son silence pour remettre de l’ordre au sein de ses troupes. En reprenant la main sur son parti, réussira-t-il à empêcher l’implosion de sa famille politique ?

« Le médiateur », comme le surnommaient ses compatriotes, a repris du service. Blaise Compaoré, qui gardait le silence depuis sa chute le 31 octobre 2014 et son installation en Côte d’Ivoire, a tenté de réconcilier les cadres de son parti. L’ancien président s’est exprimé dans trois lettres, toutes datées du 11 octobre. Dans la première, adressée à Eddie Komboïgo, président du CDP, il « regrette de ne pas avoir été consulté sur la nature et le niveau des sanctions prononcées contre un certain nombre de camarades ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte