Entreprises & marchés

Maroc : à la CGEM, les patrons préparent l’après-Mezouar

Réunion à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - photo d'illustration

Réunion à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - photo d'illustration © CGEM

Après quelques jours de flottement à la suite de la démission de son président, Salaheddine Mezouar, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a repris les choses en main et commence à préparer son avenir.

Après la grosse secousse qu’a connue le secteur privé dimanche 13 octobre à la suite de la démission de Salaheddine Mezouar de son poste de président de la CGEM, les patrons veulent retrouver un équilibre rapidement et tourner cette page.

Après quelques jours de flottement donc, une réunion d’urgence s’est tenue dans les locaux de l’institution patronale mercredi 16 octobre en la présence d’une quarantaine d’adhérents.

L’objectif était clair : recueillir les propositions et recommandations de tous, débattre des modalités de sortie de la situation actuelle et de la gestion des prochaines échéances.

Éviter le déchirement

Avant son départ, Mezouar avait invité les membres du patronat pour un Conseil d’Administration ce mercredi sauf qu’il s’est transformé en simple réunion à la suite d’une initiative de Youssef Mouhyi, président de la CGEM Marrakech-Safi.

Étonnés qu’un ancien ministre des Affaires étrangères ait fait de telles déclarations

L’ambiance était plutôt détendue lors de cette séance présidée par David Tolédano (président de la Fédération des industries des matériaux de construction choisi séance tenante car étant le plus âgé).

Selon nos informations, les patrons ne se sont pas trop attardés sur la démission, ni sur les actes et paroles de Salahedine Mezouar, mais plus sur les conséquences qui en découlent. “Beaucoup ont exprimé, certes, leur étonnement qu’un ancien ministre des Affaires étrangères puisse faire de telles déclarations, mais ils lui ont tout de même rendu hommage. On cherche à rester soudés, à éviter le déchirement”, nous explique une source interne à la CGEM.

Vers une commission provisoire ?

En tout cas, après plus de deux heures de débats les 40 membres présents ont fini par prendre quelques décisions. La première d’entre elles est la tenue d’un conseil d’administration le 28 octobre prochain. Il sera extrêmement important, car c’est ce jour-là que les membre du patronat décideront soit de choisir un nouveau président par intérim, soit de composer un conseil collégial pour s’occuper des affaires quotidiennes de la CGEM, en attendant les élections.

Selon nos informations, très peu d’adhérents soutiennent la désignation d’un président, par peur d’un mauvais choix, alors que la formation d’une commission provisoire est bien plus admise.

Si le choix se porte effectivement sur cette deuxième possibilité, les membres du conseil collégial seront répartis comme suit : un président de commission, un membre du groupe parlementaire, un président de fédération et un président de CGEM régionale. Ceci dit, comme l’a exprimé Saloua Karkri Belkziz, présidente de la fédération des nouvelles technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’offshoring, les personnes qui vont former cette commission seront interdits de se présenter aux élections pour une meilleure transition.

Des perspectives claires

L’on connaît par contre la date de la prochaine assemblée générale qui donnera lieu au choix du nouveau président du patronat, celle-ci est fixée au 28 janvier 2020. Ces élections doivent d’ailleurs selon le règlement intérieur et les statuts de la CGEM être organisées au plus tard trois mois après la constatation de la démission du président. Cela sera acté lors du prochain conseil d’administration, dont l’ordre du jour prévoit aussi l’approbation de la nomination du directeur général délégué de la CGEM, Jalal Charaf, qui a remplacé Fadel Agoumi.

Les membres de la CGEM vont aussi discuter des propositions qui seront adressées au gouvernement concernant le projet de loi de finances 2020 et feront le bilan de la deuxième édition de l’université d’été de la CGEM. Mais en attendant tout cela, les présidents des différentes commissions doivent poursuivre leurs travaux sans interruption.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte