Politique

Centrafrique : ce que Faustin-Archange Touadéra espère de la visite de Paul Kagame à Bangui

Paul Kagame et Faustin-Archange Touadéra, lors de la visite du président rwandais à Bangui, le 15 octobre 2019.

Paul Kagame et Faustin-Archange Touadéra, lors de la visite du président rwandais à Bangui, le 15 octobre 2019. © DR / présidence rwandaise

Après un an de négociations entre Kigali et Bangui, Paul Kagame a fait sa première visite officielle en Centrafrique, ce mardi. Plusieurs accords ont été signés, notamment dans les domaines sécuritaire et minier. Pour Faustin-Archange Touadéra, cette visite à la veille du sommet de Sotchi permet aussi de trouver un nouveau partenaire, hors du duel diplomatique entre la Russie et la France.

C’est toute une ville qui l’attendait. Dans les jours qui ont précédé l’arrivée du président rwandais, les autorités avaient organisé des travaux de nettoyage dans les rues empruntées par le cortège, comme pour faire ressembler Bangui à Kigali, le temps d’une visite officielle. Après l’accueil en grande pompe au pied de l’avion, le cortège de Faustin-Archange Touadéra et Paul Kagame, escorté par les services de sécurité de la présidence et par des éléments de la Minusca, a traversé en trombe des rues soigneusement rénovées, au bord desquelles se massait une foule nombreuse.

Arrivés au rond-point Marabena, dans le quartier Miskine, les deux chefs d’État ont fait un rapide arrêt, le temps d’un court bain de foule. L’occasion pour Faustin-Archange Touadéra, comme à plusieurs moments de cette visite officielle, d’afficher son enthousiasme à recevoir son hôte rwandais.

« S’inspirer du modèle rwandais »

« La République centrafricaine veut s’inspirer de l’expérience, du modèle rwandais, pour bâtir une nation forte, unie et prospère », a-t-il notamment déclaré, lors d’un point presse commun organisé quelques heures plus tard à la présidence.

« Nos deux pays ont enduré des histoires difficiles, il n’y a pas de doute à ce sujet », lui a répondu Paul Kagame. « Cependant, aucune nation n’est toujours l’otage de son passé. Il y a toujours un choix qui peut être fait, collectivement, pour construire un avenir dans lequel chaque citoyen a le sentiment de dignité et d’appartenance », a encore ajouté le président rwandais.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte