Assurances

Offensive anglo-saxonne sur les assurances en Afrique francophone

Logo de l'assureur britannique Prudential.

Logo de l'assureur britannique Prudential. © SANG TAN/AP/SIPA

De plus en plus d’acteurs britanniques ou nord-américains se rapprochent du marché de l’assurance en Afrique francophone.

En 2015, Banque nationale du Canada (BNC) est entrée au capital de NSIA Participations, qui compte vingt filiales dans l’assurance (Côte d’Ivoire, Gabon, Cameroun, Sénégal…). Si les relations se sont depuis distendues entre les deux partenaires, l’attrait de ces marchés dotés d’une cohérence monétaire, juridique et régulatoire demeure important pour des acteurs non européens, échaudés par la volatilité des devises en Afrique anglophone.

Depuis 2015, le canadien Fairfax détient 7,5 % du capital du réassureur panafricain Africa Re – qui dispose d’un bureau ouest-africain à Abidjan –, s’offrant ainsi comme Axa et Allianz un poste d’observation privilégié pour l’étude des marchés locaux de l’assurance.

Enfin, en mars 2019, le britannique Prudential Plc (27,65 milliards d’euros de revenus en 2018), dirigé autrefois par le Franco-Ivoirien Tidjane Thiam et déjà présent au Ghana, au Kenya et en Ouganda, a racheté les filiales de Group Beneficial au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Togo.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte