Économie

Algérie : manifestations contre un nouveau projet de loi sur les hydrocarbures

Des manifestants réunis à Alger le 13 octobre 2019 devant le siège de l'Assemblée Populaire Nationale, pour protester contre une potentielle réforme de la loi sur les hydrocarbures.

Des manifestants réunis à Alger le 13 octobre 2019 devant le siège de l'Assemblée Populaire Nationale, pour protester contre une potentielle réforme de la loi sur les hydrocarbures. © Fateh Guidoum/AP/SIPA

Plus d'un millier de personnes manifestent dimanche à Alger contre une loi sur les hydrocarbures devant être examinée en soirée par le Conseil des ministres. Ils dénoncent un bradage du pays aux multinationales étrangères.

Ce dimanche 13 octobre, c’est un projet de loi sur les hydrocarbures, dans un pays riche en pétrole, qui a fait descendre des citoyens algériens dans la rue.

« Traîtres, vous avez vendu le pays », « la loi sur les hydrocarbures à la poubelle », « le peuple refuse cette loi », ont scandé les manifestants, regroupés non loin de la chambre basse du Parlement, dont les accès ont été bloqués par des fourgons de police et des policiers anti-émeutes.

Discussions avec des « grandes compagnies »

Le contenu de ce projet de loi est vivement discuté depuis plusieurs semaines, même s’il n’a jusque-là fait l’objet d’aucune publication officielle.

La semaine dernière, le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, cité par l’agence officielle APS, avait évoqué des discussions avec des « grandes compagnies ». Lors de ces échanges, « nous avons pu relever deux aspects à améliorer dans l’actuelle loi sur les hydrocarbures », avait-il ajouté, sans autres détails.

« L’Algérie n’est pas à vendre »

L’Algérie produit 1,2 million de barils par jour. Les hydrocarbures représentent plus de 95% de ses recettes extérieures et contribuent pour 60% au budget de l’État.

Si cette loi « passe, alors il faudra publier le nom de tous les députés qui l’auront votée pour les juger quand le pays aura retrouvé sa souveraineté », a estimé dimanche un manifestant dénommé Mohamed, la cinquantaine, sous les applaudissements de la foule.

Le cortège était composé d’hommes et femmes de tous âges, universitaires, simples employés ou chômeurs, accusant de passage en force un gouvernement chargé de gérer les affaires courantes, dans l’attente de la présidentielle de décembre.

« Nous disons aux étrangers que l’Algérie n’est pas à vendre », « loi des hydrocarbures, loi de la honte », pouvait-on encore lire sur des pancartes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte