Sécurité

RDC : trois soldats tués dans des affrontements avec une milice à Lubumbashi

Des soldats congolais (FARDC) en 2012.

Des soldats congolais (FARDC) en 2012. © Jerome Delay/AP/SIPA

Trois soldats congolais et deux assaillants ont été tués vendredi lors d’affrontements avec des miliciens d’un groupe sécessionniste à Lubumbashi (sud-est), deuxième ville de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source militaire.

« Nous avons perdu trois de nos hommes de troupe et nous avons tué deux miliciens », a déclaré à l’AFP un officier de l’armée sous couvert d’anonymat. « Le ratissage se poursuit dans les quartiers nord-est de Lubumbashi (Haut-Katanga) où l’attaque a eu lieu ce matin », a-t-il ajouté.

« Les miliciens Bakata Katanga (…) ont attaqué les quartiers nord-est de Lubumbashi. Mes hommes sont sur place. Ils ont bouclé le quartier où l’attaque a eu lieu », a déclaré à l’AFP le général Paulin Kyungu, chef de la police du Haut-Katanga.

« Nous étions en train de marcher pacifiquement » lorsque les soldats ont attaqué et « nous nous sommes défendu avec les moyens du bord, tuant six militaires », a de son côté affirmé à l’AFP David Banza, porte-parole de la milice Kata Katanga.

Cette milice est constituée des partisans qui militent pour la sécession de la riche province minière de l’ex-Katanga. En 2015, ils avaient hissé le drapeau de l’ex-république du Katanga à Lubumbashi avant de se rendre à une base des Casques bleus de la mission de l’ONU en RDC (Monusco). Depuis, ces miliciens ont été démobilisés et cantonnés à Lubumbashi en attendant leur réinsertion dans la vie civile.​

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte