Politique

RDC : des débris de l’avion assurant la logistique présidentielle ont été retrouvés dans le Maniema

Un avion de type Antonov 72, comme celui qui assurait la logistique présidentielle (illustration).

Un avion de type Antonov 72, comme celui qui assurait la logistique présidentielle (illustration). © Igor Dvurekov

Des débris de l'avion-cargo qui assurait jeudi la logistique d'un déplacement du président Félix Tshisekedi, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont été retrouvés dans la province du Maniema, selon plusieurs sources à la présidence.

« Les débris de l’avion ont été retrouvés à 40 kilomètres de Punia, dans la province du Maniema. Des équipes ont été envoyées sur place, affirme le conseiller de Félix Tshisekedi en matière stratégique, Vidiye Tshimanga, à Jeune Afrique. Pour l’instant, tout ce que nous savons, c’est que huit personnes se trouvaient à bord de l’appareil ».

Jeudi, un avion-cargo de type Antonov 72 opéré par la force aérienne de la RDC, assurant la logistique présidentielle, a perdu contact avec le centre de contrôle (…) 59 minutes après son décollage de Goma », peut-on lire dans un communiqué de l’autorité de l’aviation civile (AAC).

Officiellement, quatre membres d’équipage et quatre passagers civils se trouvaient à l’intérieur de l’appareil.

Le chauffeur principal de Félix Tshisekedi fait partie des victimes du crash. Un membre du cabinet de la présidence, sous couvert d’anonymat, indique par ailleurs la présence dans l’appareil de trois personnes de la garde rapprochée du chef de l’État congolais ainsi que l’intendant général adjoint de ce dernier.

« Même toi Maréchal, tu n’as pas su résister à cette volonté divine », regrette Michee Mulumba, l’assistant de Félix Tshisekedi, à propos du conducteur décédé.

La délégation revenait de deux jours de voyage dans les provinces du Nord et Sud-Kivu où Félix Tshisekedi venait de conclure une mission dans cette région en proie à l’insécurité et avait annoncé un assaut imminent contre la rébellion ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF), présente sur le sol congolais depuis 1995.

Autonomie de six heures

Parti de Goma en début d’après-midi, l’aéronef devait atterrir à Kinshasa à 16h43 (TU). L’appareil était un avion cargo de type Antonov 72, opéré par la force aérienne congolaise assurant la logistique présidentielle, dont l’autonomie est de six heures.

Même si les circonstances de la disparition de cet appareil ne sont pas encore connues, la pilote congolaise Gueda Amani Yav, directrice générale de la compagnie d’avions d’affaires Mwant Jet Sarl, affirme sur Twitter que la météo était « exécrable » le jour où l’avion a disparu.

Manifestations

Une centaine de militants de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDPS), le parti de Félix Tshisekedi, ont bloqué ce vendredi matin la circulation au niveau de la 10e rue de la commune de Limete, à Kinshasa, exigeant que la lumière sur la disparition de l’appareil.

« Nous sommes en colère. Ce qui s’est passé est un sabotage contre le chef de l’État », regrette Luc, devant le siège du parti. « Nous devons absolument savoir ce qu’il s’est passé », déclare pour sa part Jean.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte