Politique

Cameroun : Emmanuel Macron appelle Paul Biya à mettre en œuvre la réconciliation

Paul Biya et Emmanuel Macron, le 10 octobre 2019 à Lyon.

Paul Biya et Emmanuel Macron, le 10 octobre 2019 à Lyon. © Laurent Cipriani/AP/SIPA

Le président français Emmanuel Macron a encouragé jeudi son homologue camerounais Paul Biya à mettre réellement en œuvre le dialogue politique après la libération du principal opposant Maurice Kamto qu'il a saluée.

Les deux chefs d’État ont eu une rare opportunité de s’entretenir en tête-à-tête à l’occasion de la réunion du Fonds pour la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose à Lyon (centre-est de la France). Emmanuel Macron a qualifié de « signal fort », selon l’Élysée, la remise en liberté samedi de Maurice Kamto et d’une centaine de membres de son parti, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui avaient été arrêtés fin janvier à la suite de manifestations pacifiques organisées pour protester contre les résultats de la présidentielle.

Cette mesure est « un bon début », a estimé le président français, en appelant aussi Paul Biya à « mettre réellement en œuvre » le dialogue national engagé ces dernières semaines pour tenter d’apaiser la crise dans la partie anglophone du pays. Paul Biya l’a assuré de sa volonté d’aller en ce sens, selon la même source.

« Légitimité internationale »

Le pouvoir a organisé ces dernières semaines un « Grand dialogue national » avec l’ambition affichée de dénouer le conflit meurtrier qui sévit dans l’ouest du pays où, depuis deux ans, des séparatistes anglophones et l’armée se livrent une guerre sans merci, prenant en tenaille la population et faisant plus de 3 000 morts, selon des ONG.

L’association Survie, qui milite contre la « Françafrique », a critiqué jeudi « l’onction de légitimité internationale » qu’apporte l’Élysée à Paul Biya, âgé de 86 ans, dont 37 au pouvoir. « La libération de l’opposant Maurice Kamto et d’une centaine de ses soutiens quelques heures après la clôture de ce « Biyalogue » ne suffit pas à rendre fréquentable un régime dont les politiques répressives ont poussé à la guerre, faisant au moins 2000 morts et un demi-million de déplacés internes et de réfugiés à l’étranger », a dénoncé Thomas Borrel, son porte-parole, dans un communiqué.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte