Technologie

Rwanda : les Mara Phones d’Ashish Thakkar sont-ils vraiment africains ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 14 octobre 2019 à 16h52
Téléphones de milieu de gamme, les Mara Phones sont conçus pour concurrence des marques comme Samsung, Tecno ou iTel.

Téléphones de milieu de gamme, les Mara Phones sont conçus pour concurrence des marques comme Samsung, Tecno ou iTel. © Mara Phones/Facebook/2019

Habitué aux annonces médiatiques, le fondateur de Mara Group, Ashish Thakkar, a lancé cette semaine au Rwanda ses téléphones « Made in Africa ». Mais à l’heure de la mondialisation, la promesse du 100 % africain est impossible à tenir pour le fabricant.

Quoi de mieux que deux « pros » de la mise en scène pour lancer en grande pompe le premier smartphone produit intégralement en Afrique ? Le 7 octobre, c’est en compagnie du président rwandais, Paul Kagame, et à grand renfort de photos et vidéos virales que le surprenant Ashish Thakkar, hommes d’affaires britanico-ougandais et fondateur de Mara Group, a reçu les premiers exemplaires de ses smartphones. D’après lui, les mille pièces qui les composent ont entièrement été fabriqués en Afrique.

« Made in Asia & USA »

Les modèles Mara X et Mara Z sont deux téléphones de milieu de gamme censés concurrencer directement les modèles de Samsung, Tecno ou iTel. Ils fonctionnent avec le système d’exploitation Android de Google et coûtent 175 750 francs rwandais pour le premier et 120 250 francs rwandais pour le second (soit respectivement 171 et 117 euros environ).

Le système d’exploitation de géant américain n’est pas le seul élément des Mara Phones à provenir de l’étranger. Leurs écrans sont des modèles « Gorilla » conçus par la société américaine, Corning, spécialisée dans le verre et les composants en céramique, dont les usines sont implantées aux États-Unis, en Europe et en Chine mais pas en Afrique.

Les batteries au lithium-ion, elles, sont fabriquées par l’entreprise hongkongaise Amperex Technology Limited, qui ne possède aucune usine sur le continent. Quant aux processeurs, ils sont fournis par l’entreprise taïwanaise, MediaTek, qui construit puces, microprocesseurs et systèmes intégrés pour de nombreux supports informatiques.

Interrogé par Jeune Afrique, Eddy Sebera, directeur de Mara Phones Rwanda confirme en revanche que la carte mère et la carte mémoire sont bien construites au Rwanda.

En réalité, la promesse d’un téléphone fabriqué intégralement en Afrique n’est pas tenable puisque le continent n’est – pour le moment du moins – pas doté d’industrie de haute technologie comme celle de la microélectronique. De plus, à l’image de bien d’autres marchés, celui des smartphones est mondialisé et ses produits sont le fruit assemblages d’éléments provenant du monde entier.

10 000 téléphones par jour

Toujours est-il qu’Ashish Thakka promet que les 200 collaborateurs de son usine construite à Kigali pour 50 millions de dollars – environ 45,5 millions d’euros – devraient produire 10 000 unités par jour.

Et le jeune chef d’entreprise, dont la société créée en 1996 est basée à Dubaï, semble vouloir inonder l’Afrique. Sur son site Internet officiel, Mara Group recrute en effet un directeur de la franchise, laissant penser que des boutiques Mara Phones pourraient rapidement voir le jour à travers le continent. La première pourrait s’installer en Afrique du Sud, où Mara Group recherche actuellement un directeur de boutique.

En avril 2019, Jeune Afrique Business + révélait également que Mara Phones prospectait au Sénégal pour y implanter une usine dans la ville nouvelle de Diamniadio. Ibadan au Nigeria et Durban en Afrique du Sud étaient aussi envisagées.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte