Politique

Côte d’Ivoire : Jacques Mangoua, victime d’un « complot » ? La question divise les hommes de droit

Jacques Mangoua, vice-président du PDCI, lors d'un meeting de son parti en octobre 2018.

Jacques Mangoua, vice-président du PDCI, lors d'un meeting de son parti en octobre 2018. © DR / Copie d'écran facebook Jacques Mangoua

La condamnation de Jacques Mangoua, vice-président du PDCI, à cinq ans de prison pour détention de munitions d’armes de guerre est le fruit d'un « complot politique », estiment ses avocats et son parti. Le procureur assure pour sa part qu'il n'a fait « qu'appliquer la loi ».

« Si on est d’accord pour dire que Jacques Mangoua n’est pas fou, on est amené à dire qu’il a été victime d’un complot », assure Me Luc Adjé, l’un des avocats qui a défendu le vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, d’Henri Konan Bédié) et président du Conseil régional du Gbêkê (centre-nord), le 3 octobre, au tribunal de Bouaké. Une thèse du complot  qui est fermement rejetée par Braman Koné, procureur de Bouaké, qui multiplie les sorties médiatiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte