Défense

Les États-Unis montrent à nouveau leur impatience face à l’évolution du Mali

Au Mali, la Minusma peine elle aussi à assurer son mandat de protection de civils. © Minusma / Flickr

Les États-Unis ont montré de l'impatience, mardi, à l'ONU, face à l'évolution de la situation au Mali, jugeant inacceptable que des parties à l'accord de paix de 2015 profitent de l'opération de maintien de la paix (Minusma) sans s'acquitter de leurs obligations.

« Malgré les efforts louables de la Minusma, la tendance générale (…) est extrêmement préoccupante », a souligné l’ambassadrice américaine à l’ONU, Kelly Craft, lors d’une réunion du Conseil de sécurité. « Le gouvernement du Mali et les groupes armés signataires (de l’accord de paix) ont fait peu de progrès pour l’appliquer ». « Ceci n’est pas acceptable » et « nous ne pouvons continuer à soutenir une mission de paix qui profite aux parties signataires alors qu’elles refusent d’appliquer pleinement leurs engagements », a averti la diplomate américaine.

Nous ne pouvons pas laisser passer une autre année sans nous rapprocher de l’application de l’accord de paix

Répétant une menace ancienne de Washington, Kelly Craft a évoqué implicitement l’idée de mettre un terme à la Minusma, une grosse opération militaire au coût annuel dépassant le milliard de dollars et qui subit régulièrement des attaques meurtrières.

« Nous ne pouvons pas laisser passer une autre année sans nous rapprocher de l’application de l’accord de paix », a-t-elle déclaré. « Si toutes les parties restent réticentes à sortir du statu quo, alors nous devons être prêts à développer une approche différente » pour le Mali, a-t-elle ajouté, sans autre précision.

« Nous sommes dans la bonne tendance »

La France et le représentant de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, ont au contraire fait valoir les progrès politiques accomplis. « Des avancées significatives ont été enregistrées dans la mise en œuvre de l’accord, notamment en ce qui concerne les réformes politiques et institutionnelles, les questions de défense et de sécurité ainsi que les questions de développement socio-économique », a souligné Mahamat Saleh Annadif.

« Des progrès significatifs » ont été réalisés, avait aussi dit à des journalistes avant la réunion l’ambassadeur français, Nicolas de Rivière. « Beaucoup reste à faire », avait-il toutefois concédé.

24 500 militaires et policiers

L’ambassadeur du Mali à l’ONU, Issa Konfourou, a aussi évoqué des « progrès substantiels ». « Nous sommes dans la bonne tendance », a-t-il assuré, indiquant comprendre « l’impatience » de certains membres du Conseil de sécurité. Mais l’insécurité et des problèmes financiers contrecarrent l’application de l’accord de paix, a fait valoir le diplomate malien.

Au Mali, trois forces interviennent dans le domaine sécuritaire : les 5 000 militaires de la force conjointe antijihadiste G5 Sahel dont le rayon d’action couvre cinq pays (Mali, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger); la force française Barkhane (4 500 militaires); et la force de paix de l’ONU Minusma qui compte environ 15 000 militaires et policiers.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte