Analyses

Législatives en Tunisie : sept enseignements à retenir d’un scrutin inquiétant

Des agents de l'Isie commençant à compter les bulletins après les élections législatives du dimanche 6 octobre (image d'illustration).

Des agents de l'Isie commençant à compter les bulletins après les élections législatives du dimanche 6 octobre (image d'illustration). © Riadh Dridi/AP/SIPA

Victoire relative des islamistes d'Ennahdha, débâcle des partis centristes, des modérés et de la gauche, casse-tête pour la nomination du futur chef du gouvernement... Jeune Afrique vous résume les sept principaux enseignements - et inquiétudes - après les élections législatives du dimanche 6 octobre.

• Désintérêt des électeurs

À 16 heures dimanche 6 octobre, à grands renforts de communiqués, l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) bat le rappel en invitant les citoyens à aller voter. Un message d’urgence dû à la faible fréquentation des bureaux de vote, et qui réussit finalement à faire passer le taux de participation de 23,49 % en début d’après-midi à 41,3 % à la fermeture des bureaux, à 18 heures. Certains dénoncent l’absence de campagne de sensibilisation au vote, tandis que d’autres évoquent un ras-le-bol « des discours et de la politique ».

• Les centristes, les modérés et la gauche balayés

La tendance qui s’est profilée au premier tour de la présidentielle se confirme. Les partis à tendance centriste ou modérée ont été balayés, ainsi que la gauche dans son ensemble. Non seulement leurs programmes n’ont pas trouvé preneur, mais il leur est également reproché de ne pas se distinguer les uns des autres et de ne pas avoir constitué une même alliance.

En lieu et place de Nidaa Tounes et du Front populaire, des radicaux représentant différents mouvements, soit révolutionnaires et nationalistes, soit conservateurs

Une situation due notamment au morcellement en micro partis, à droite, de Nidaa Tounes – qui n’est plus crédité que d’un à quatre sièges – , et à gauche, du Front populaire. En leur lieu et place, des radicaux représentant différents mouvements, soit révolutionnaires et nationalistes, soit conservateurs – quand ce n’est pas les deux à la fois.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte