Bourse

La Côte d’Ivoire notée « B1 » pour la première fois par Moody’s

| Par Jeune Afrique
Abidjan (illustration).

Abidjan (illustration). © Wiki Commons

L’agence de notation Moody’s vient d’attribuer, pour la première fois, une note souveraine à la Côte d’Ivoire : B1, comme le Sénégal, le Ghana, la Zambie, le Mozambique et le Kenya. L’agence de notation a attribué la même note à l’émission obligataire de 500 millions de dollars que va lancer le gouvernement ivoirien en juillet.

L’agence de notation Moody’s a attribué la notation B1 aux émissions souveraines en devises locales et étrangères du gouvernement du Mozambique, avec une perspective d’évolution positive. C’est la première fois que le pays est noté par une agence internationale. Moody’s a aussi attribué la notation B1 à l’émission obligataire de 500 millions de dollars que va lancer le gouvernement ivoirien durant ce mois de juillet. L’agence britannique Fitch Ratings, également mandatée par Abidjan, n’a pas encore rendu publique la note attribuée à la Côte d’Ivoire.

Quatre éléments principaux ont pesé dans l’évaluation de la solvabilité du pays, indique Moody’s : un potentiel de croissance élevé, une dette publique et un déficit budgétaire sous contrôle, mais aussi la précarité institutionnelle et une vulnérabilité politique réelle bien que modérée.

Facteurs économiques solides

Moody’s note ainsi que la Côte d’Ivoire a vu ses investissements étrangers et intérieurs redécoller depuis le retour à la stabilité politique dans le pays. Avec une croissance économique annuelle de l’ordre de 9%, Abidjan fait mieux que la plupart des États de la région. La note tient également compte « des paramètres budgétaires solides » du pays.

Moody’s a également attribué la note « B1 » au Sénégal, au Ghana, à la Zambie, au Mozambique et au Kenya.

Le déficit budgétaire ivoirien devrait effectivement demeurer stable, autour de 2,3% en 2014. Quant à la dette publique extérieure, qui est passée de 59% du PIB en 2009 à 25% en 2012, elle devrait rester sous contrôle. « Le scénario du défaut de paiement, semblable à la situation vécue par le pays en 2011 » est écarté par l’agence qui salue la stabilité politique retrouvée et la création par l’UEMOA d’un Fonds de stabilité financière (FSF) permettant d’éviter un défaut de paiement des coupons par l’un de ses pays membres.

Lire aussi :

La Côte d’Ivoire va émettre un eurobond de 500 millions de dollars

Moody’s attribue la note B1 au Mozambique

Moody’s abaisse la note souveraine du Ghana

L’Éthiopie notée pour la première fois par les agences internationales

Réformes structurelles

L’agence de notation américaine salue ces efforts et se félicite du fait que « le gouvernement ivoirien a instauré une série de mesures destinées à relancer le secteur privé en créant notamment un tribunal de commerce, en encourageant les prêts aux petites et moyennes entreprises et en privatisant les dernières entreprises d’État ».

Moody’s pointe également le faible taux d’inflation de la Côte d’Ivoire permis notamment par l’appartenance du pays à l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et à la convertibilité du franc CFA indexé sur l’Euro.

Faiblesses

Ces bons résultats économiques sont toutefois nuancés par la faiblesse à la fois du revenu par habitant – 1 819 dollars en parité de pouvoir d’achat -, de la capacité de l’économie à absorber des chocs et de la gouvernance. L’agence signale également les lacunes existant dans la gestion des finances publiques et une certaine vulnérabilité politique.

La note attribuée au pays est assortie d’une perspective positive, en raison notamment « des perspectives d’accélération de croissance économique et des réformes structurelles qui devraient favoriser la stabilité politique ».

L’agence indique toutefois que l’évaluation du pays pourraient être revue à la baisse dans le cas d’ »une forte recrudescence des tensions politiques et sociales qui compromettrait les perspectives de croissances du pays à moyen terme » ou « d’un revirement en matière de réformes structurelles ». Une détérioration des comptes publics pourrait également conduire à une révision à la baisse de la note de la Côte d’Ivoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte