Banque

La BDEAC va augmenter son capital de 500 millions de dollars

Brazzaville, la capitale du Congo, abrite le siège de la BDEAC. © Jomako/CC

La Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC) va procéder à une augmentation de son capital social de 250 milliards de F CFA (500 millions de dollars) pour le porter à 1 200 milliards de F CFA (2,5 milliards de dollars). Cette décision vise à soutenir les projets de ses États membres.

Le conseil d’administration de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale, qui s’est réuni à Brazzaville fin juin 2014 en session extraordinaire, a décidé d’augmenter le capital social de l’institution régionale : d’un montant de 250 milliards de FCFA, celui-ci a été porté à 1 200 milliards de F CFA, indique la BDEAC dans un communiqué [PDF].

Cette hausse des capacités de la structure financière régionale est destinée à « soutenir le développement de son activité de financement telle que prévue dans le Plan stratégique 2013-2017 », indique la même source. En somme, il s’agit pour la banque d’accompagner les États membres – Cameroun, Centrafrique, Congo-Brazzaville, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad – dans la réalisation de leurs projets, notamment dans l’agro-alimentaire, la transformation du bois et la réalisation d’études préparant la restructuration des filières porcines et avicoles, rapporte l’agence Panapress.

Lire aussi :

Scandales : après la Beac et la Cemac, la BDEAC ?

Cemac : le club des six en état stationnaire

Pierre Moussa : « Pourquoi nous devons rester à Bangui »

Luca Abaga Nchama : Nous travaillons à l’accélération de l’intégration économique »

Résultats

Basée à Brazzaville, la BDEAC est l’institution de financement du développement de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (CEMAC).

Cette augmentation de capital intervient dans un contexte de hausse du montant des engagements de la banque en 2013 : ceux-ci ont atteint 165,6 milliards de F CFA, contre les 150 milliards de F CFA initialement prévus. L’année en cours devrait confirmer cette tendance, avec 36 milliards de F CFA d’engagements de l’institution financière au premier semestre 2014.

Une envolée des sommes avancées qui n’a pas pour autant affecté l’équilibre financier de la BDEAC. En 2013, l’institution régionale a enregistré un résultat net de 4,2 milliards de F CFA (6,3 millions d’euros) pour l’exercice clos au 31 décembre 2013.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte