Justice

Mali : comment Bakary Togola, roi du coton incarcéré, est devenu incontournable

Bakary Togola, en 2015.

Bakary Togola, en 2015. © DR / Copie d'écran Facebook / Bakary Togola

Bakary Togola est en détention préventive depuis le 13 septembre dans le cadre d’une enquête portant sur le détournement de près de 10 milliards de francs CFA. Cet homme d’origine paysanne, devenu incontournable dans le secteur du coton malien, est accusé d’être au centre d’un système de corruption dont les ramifications pourraient s’étendre au monde politique.

Depuis que Bakary Togola a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’arrêt de Bamako, le 13 septembre dernier, pas un jour ne passe sans que l’affaire dite des « ristournes de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton » ne fasse les choux gras de la presse malienne. Et pour cause. Celui qui, à 59 ans, est à la fois président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture du Mali (APCAM) et de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton (C-SCPC), est accusé d’avoir détourné un peu plus de 9,4 milliards de francs CFA.

Au-delà de l’importance de la somme, c’est surtout le profil de Bakary Togola qui focalise l’attention. Leader paysan, il est aussi un personnage incontournable dans le très stratégique secteur cotonnier. Il a également su tisser de puissants réseaux dans la sphère politique, jusqu’au cœur du pouvoir, et ce, depuis l’époque de l’ancien président Amadou Toumani Touré.

Lors de la campagne pour la présidentielle de 2018, Bakary Togola avait clairement affiché son soutien à Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Et en juillet dernier, alors que, déjà, des rumeurs insistantes affirmaient qu’il était dans le viseur de la justice, sa rencontre avec IBK au palais de Koulouba n’avait pas manqué d’être relevée par les commentateurs politiques.

Dénonciation anonyme

Ces amitiés – réelles ou supposées – n’ont cependant pas empêché Mamadou Kassogué, le procureur du pôle économique et financier de Bamako, d’ordonner l’ouverture d’une enquête pour des faits de « corruption » et de « détournements de deniers publics ». Le magistrat, qui a expliqué agir à la suite d’une « dénonciation anonyme », affirme que le lanceur d’alerte a fourni aux enquêteurs une série de documents étayant ces accusations, qui ont conduit à la mise en examen de Bakary Togola et de six autres co-accusés.

Au total, ce sont 9,462 milliards de francs CFA qui auraient été détournés entre 2013 et 2019. Une somme ponctionnée sur un budget de 13,431 milliards mis à la disposition de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton du Mali (C-SCPC) par la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT). « Cet argent était destiné à la formation et la mise à niveau des membres de 7 700 coopératives de cotonculteurs sur la période concernée », précise Baba Berthé, directeur de la CMDT.

Ses partisans pointent les potentielles conséquences économiques de son incarcération

L’arrestation et la mise sous mandat de dépôt de Bakary Togola a provoqué d’importants remous dans le secteur du coton. De conférences de presse en déclaration publique, plusieurs organisations ont assuré le leader paysan de leur soutien. Samedi 28 septembre, le Groupement des syndicats cotonniers et vivriers du Mali – membre de la Confédération que préside Togola – a ainsi lancé un « ultimatum » aux autorités, réclamant la remise en liberté du président du C-SCPC, menaçant « d’entamer toutes actions nécessaires à la défense des producteurs agricoles de notre pays ».

Si l’initiative a fait long feu, et a été désavouée par plusieurs autres composantes de la confédération, une « Coordination nationale des amis de Bakary Togola » a vu le jour fin septembre. La ligne de défense est double : d’une part, ses partisans assurent que les accusations ne reposent sur rien ; d’autre part, ils pointent les potentielles conséquences économiques de son incarcération. « Est-il convenable de priver de ses libertés un paysan qui a près de 3 000 hectares à faire entretenir, par plus de 10 000 travailleurs, au seul motif qu’il a été dénoncé ? », a notamment regretté Moussa Doumbia, l’un des initiateurs de cette coordination.

Incontournable sur les passations de marchés

Dans le même temps, dans le secteur cotonnier, des langues se délient. « Bakary Togola, on le surnomme Monsieur 1% », lâche à Jeune Afrique un responsable d’une société internationale spécialisée dans la fourniture d’engrais. Ce cadre, qui a requis l’anonymat, affirme même que son entreprise a décidé de se retirer du marché malien en raison de la corruption qui, selon lui, y sévirait.

Dans les faits, c’est aussi ce GIE – et notamment Bakary Togola en personne – qui négocie en direct avec les sociétés

Un secteur cotonnier au sein duquel Bakary Togola s’est forgé une place centrale en créant, en 2007, un Groupement d’intérêt économique (GIE) qui va bouleverser les méthodes de passation des marchés des intrants au Mali.

Ce GIE se voit en effet confier l’approvisionnement en intrants pour le compte de la CMDT et de l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN). Le GIE de Togola est co-signataire de l’ensemble de ce type de contrats. Dans les faits, c’est aussi ce GIE – et notamment Bakary Togola en personne – qui négocie en direct avec les sociétés.

Elles sont quatre, aujourd’hui, à se partager le marché des engrais dans le pays : Toguna Agro-Industrie – principal acteur, avec 60% des parts de marché -, Doucouré Partenaire Agro-industries (DPA), Somadeco et Gnumani S.A..

Des champs de Niamala à la tête des syndicats

Bakary Togola à Bamako, en janvier 2019.

Bakary Togola à Bamako, en janvier 2019. © DR / Copie d’écran Facebook Bakary Togola

Mon père m’a enlevé de l’école en sixième et, depuis, je me consacre à mes champs

Devenu incontournable, Bakary Togola aime à se présenter comme un homme de la terre, qui a gravi les échelons à la seule force de ses bras. « Mon père m’a enlevé de l’école en sixième et, depuis, je me consacre à mes champs », déclarait en 2015 à JA ce natif de Niamala, dans la région de Sikasso, où il possède un domaine d’un millier d’hectares entièrement dédié à la culture du coton.

Primé « meilleur producteur de coton de la zone de Bougouni » en 1993, il fait ses premiers pas dans le syndicalisme agricole au sein de la section de Bougouni du Syndicat des cotonniers et vivriers. En parallèle, ses activités prennent de l’ampleur. « En 1998, il a organisé une fête pour célébrer son premier milliard de francs CFA. On a dansé au son des balafons pendant trois jours dans son village », se souvient Zaho Ahmed Bamba, un proche de Bakary Togola.

Six ans plus tard, en 2004, Bakary Togola devient président de la Chambre d’agriculture de la région de Sikasso, avant de prendre la tête de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture du Mali en 2006. Une structure au sein de laquelle il a notamment su fédérer les quatre principaux syndicats agricoles du pays. En interne, il a régulièrement été accusé par ses ennemis de ne pas vouloir passer la main.

Placé sous mandat de dépôt, Bakary Togola attend désormais à la maison d’arrêt de Bamako de connaître la suite qui sera donnée à l’enquête ouverte par le procureur du pôle économique et financier. Des conclusions qui sont également scrutées avec intérêt par plusieurs acteurs de la scène politique malienne, au sein de laquelle les réactions publiques à l’affaire sont, pour l’instant, plus que discrètes.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte