Politique

Côte d’Ivoire : la démonstration de force d’Alassane Ouattara sur les terres d’Henri Konan Bédié

Le président Alassane Ouattara, lors de son discours dans l'enceinte du stade Koné Samba Ambroise de Dimbokro, sa ville natale.

Le président Alassane Ouattara, lors de son discours dans l'enceinte du stade Koné Samba Ambroise de Dimbokro, sa ville natale. © Compte twitter d'Alassane Ouattara (Capture d'écran)

À un an de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a effectué une visite d’État de quatre jours dans sa région natale, le N’Zi, dans le centre-est du pays. Une visite qui a pris des allures de campagne électorale sur ces terres acquises au PDCI.

Des meetings, des promesses, des annonces, un bilan défendu… Ces derniers jours avaient un avant-goût de campagne électorale dans la région du N’Zi. Ce territoire du centre-est de la Côte d’Ivoire a accueilli dans la liesse le président Alassane Ouattara, son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, la première dame, Dominique Ouattara, ainsi que de nombreux ministres, dans le cadre d’une visite d’État de quatre jours, une durée assez inédite. Alassane Ouattara n’avait pas remis les pieds dans sa région natale depuis la dernière campagne présidentielle en 2015.

Démonstration de force ?

« Je suis venu ici vous parler de paix, de rassemblement, de développement et de cohésion sociale. Je suis venu ici pour vous parler d’un projet de développement pour la région du N’Zi », a lancé le président de la République en introduction à son discours prononcé lors du meeting de clôture de cette tournée, samedi 28 septembre, dans l’enceinte bondée du stade Koné Samba Ambroise de Dimbokro, sa ville natale.

Embedded video

Le RHDP est clairement en campagne. Il vient chasser sur les terres d’Henri Konan Bédié pour le fragiliser

Une très forte mobilisation sur ces terres qui appartiennent traditionnellement au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) mais qui ont basculé dans les mains du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) lors des dernières régionales, après le ralliement du candidat indépendant, Koffi N’Guessan La Taille.

Sorti victorieux des urnes, ce dernier a depuis été nommé au poste de secrétaire d’État auprès du ministre de la Construction et de l’urbanisme en charge du logement social, à la faveur du dernier remaniement ministériel.

Une démonstration de force à un an de la présidentielle. « Le RHDP est clairement en campagne. Il vient chasser sur les terres d’Henri Konan Bédié pour le fragiliser », analyse le politologue Sylvain N’Guessan.

Accélérer le développement du N’Zi

Le chef de l’État a reconnu le retard considérable accusé par ce territoire où emplois, infrastructures routières, réseaux électriques et hydrauliques, services de santé font cruellement défaut. « Je ne ménagerai aucun effort pour accélérer le développement de la région du N’Zi  afin de combler le retard pris par cette belle région », a-t-il promis, dévoilant un nouveau plan d’investissement de 74 milliards de Fcfa et rappelant les chantiers entrepris depuis 2011 pour un montant de 25 millions de Fcfa dans le cadre de deux plans nationaux de développement.

Des chantiers qui n’ont jamais permis au N’Zi de sortir du marasme dans lequel il s’est progressivement enfoncé après avoir été un haut lieu de production de café et de cacao dans les années 1970. La seule usine du coin, une filature de coton, qui embauchait encore ces dernières années, a fermé en 2017, laissant des centaines de familles sur le carreau. « J’instruis le Premier ministre et le gouvernement de rechercher un repreneur et de lui accorder des facilités pour la reprise de l’activité », a assuré le président.

L’enjeu pour le RHDP n’est pas de remporter l’élection dans cette région mais de glaner des voix pour affaiblir Henri Konan Bédié

Ces annonces et ces promesses ne sont-elles pas un peu tardives ? Sylvain N’Guessan répond par l’affirmative. « Depuis 2011, plusieurs régions se sentent oubliées. Dans le N’Zi, il est difficile pour les populations de croire absolument aux promesses de campagne, d’autant que nous sommes dans des terres foncièrement PDCI. Mais l’enjeu pour le RHDP n’est pas de remporter l’élection dans cette région, mais de glaner des voix pour affaiblir Henri Konan Bédié. »

« N’allez pas interpréter que je ne serai pas candidat »

Au-delà du N’Zi, Alassane Ouattara a profité de cette visite pour défendre son bilan pour l’ensemble de la Côte d’Ivoire. « On verra qu’en 2020, nous aurons fait autant d’investissement que les 50 premières années de l’indépendance de notre pays. (…) Les statistiques sont là. J’ai demandé aux ministres de les rendre publics », a assuré le président lors d’une conférence de presse donnée après le meeting de Dimbokro.

Le chef de l’État s’est aussi longuement expliqué sur son intention de modifier la Constitution, notamment pour y introduire un âge limite pour être candidat à la magistrature suprême : « Tout le monde sait qu’Alassane Ouattara n’est pas un tripatouilleur, aussi bien en ce qui concerne la Constitution que pour d’autres choses », a-t-il affirmé, parlant de lui à la troisième personne.

Quant à ses intentions pour l’élection présidentielle, il a réaffirmé être favorable au « transfert à une nouvelle génération ». « Je le pense sincèrement. Il est temps que je parte me reposer mais si mon parti me demande de rester, j’apprécierais », a-t-il déclaré. Cependant, attention à ne pas s’y méprendre : « Mais n’allez pas interpréter que je ne serai pas candidat. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte