Mines

RDC – Or : la société minière Banro suspend ses activités dans quatre filiales

Le site minier de Namoya, exploité par Banro.

Le site minier de Namoya, exploité par Banro. © Crédit : Banro

La société aurifère canadienne Banro a décidé la suspension de ses activités dans quatre de ses filiales dans l'Est de la République démocratique du Congo pour des raisons sécuritaires.

Le groupe Banro « a décidé de suspendre les opérations [dans quatre de ses] entités ainsi que le contrat de travail de tous leurs employés en raison d’un cas de force majeure », a écrit son président et directeur général Brett Richards dans une lettre adressée à l’inspecteur général du ministère du Travail.

Ces entités sont Namoya Mining SA, Lugushwa Mining SA, Kamituga Mining SA et Banro Mining Congo SA. Brett Richards note que « de nombreuses difficultés ont entravé les opérations minières desdites entités ».

Il s’agit des « sérieuses et incessantes préoccupations sécuritaires à Namoya/Salamabila et notamment le harcèlement et les raids sur les lignes d’approvisionnements de Banro, les attaques contre le site minier lui-même et les menaces contre les employés », explique-t-il dans cette lettre datée du 24 septembre 2019, consultée par l’AFP samedi.

Plusieurs enlèvements sur le site de Namoya

Le 26 juillet, quatre employés de Banro (un Sud-Africain, un Zimbabwéen et deux Congolais) avaient été enlevés à Salamabila, dans la province de Maniema, par des miliciens. Les otages ont été libérés après que le dirigeant du groupe ont été « contraint de signer un protocole » d’accord avec Sheikh Assani Hazaifa Mitende, un chef rebelle et les Maï-maï (milices d’autodéfense), ajoute-t-il dans sa lettre.

Banro accuse Sheikh Assani et les Maï-Maï d’avoir « pris le contrôle de la mine et émis des menaces de mort formelles à l’encontre de tout employé de Namoya Mining SA/Banro qui se présenterait au travail » dans cette région où des attaques et prises d’otages sont régulièrement rapportées.

En mai 2017, la compagnie avait suspendu ses activités dans la mine de Namoya (au Maniema), après que cinq enlèvements y avaient été perpétrés, sur trois Congolais, un Tanzanien et un Français travaillant sur place.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte