Transports

Transports : tem:tem boucle une levée de fonds record pour une start-up algérienne

Installée à Val d'Hydra (Alger), la start-up tem:tem, fondée en 2018 réunit une quarantaine d'employés et prêt de 4000 chauffeurs free-lance, selon sa direction.

Installée à Val d'Hydra (Alger), la start-up tem:tem, fondée en 2018 réunit une quarantaine d'employés et prêt de 4000 chauffeurs free-lance, selon sa direction. © temtem

La deuxième start-up d'Algérie dédiée aux mobilités (chauffeurs privés, motos et livraisons) lève quatre millions de dollars (3,6 millions d'euros). C'est l'une des plus importantes levées de fonds du pays.

La start-up VTC Algérie, opératrice du service tem:tem, dédiée à la mobilité en Algérie, vient de boucler l’une des plus importantes levées de fonds réalisées par une start-up dans ce pays. Créée en 2018, la société a annoncé la finalisation d’une levée de 1,3 million de dollars, première phase en série A (deuxième tour de table) d’une levée globale de 4 millions de dollars, qui doit être complétée dans les neuf prochains mois.

Si elle avait levé 1,7 million de dollars l’an passé, elle envisage par ailleurs d’effectuer une prochaine levée en 2020.

C’est auprès de l’entreprise Tell Venture Automotive, issue de Tell Group, basée à Luxembourg, et de plusieurs investisseurs privés, que la start-up a effectué cette levée de fonds. « Tell Venture détient désormais 20 % de notre capital », précise Kamel Haddar, le fondateur de tem:tem, qui exprime clairement son objectif : « Devenir leader du marché des mobilités en Algérie ».

4 000 chauffeurs actifs à Alger

Du service de chauffeur privé premium, sur lequel la start-up s’était développée à ses débuts, à un élargissement de sa clientèle autant aux particuliers qu’aux entreprises, en passant par le transport en deux roues et un service de livraison, tem:tem réunit environ 4 000 chauffeurs actifs à Alger, Oran et Constantine, pour près de 200 000 clients depuis le lancement.

Les fonds levés vont être principalement investis en marketing et dans les équipes

« En plus des partenariats passés avec des assureurs et fournisseurs automobiles pour obtenir des réductions pour nos chauffeurs, nous allons bientôt leur proposer une assurance santé pour leur famille », annonce Kamel Haddar qui explique que ses chauffeurs travaillent tous en free-lance.

« Les fonds levés vont être principalement investis en marketing et dans les équipes », précise l’entrepreneur, notamment via le lancement d’une campagne de communication à la télévision.

La rentabilité n’est pas encore la priorité de la start-up : « Aujourd’hui, la rentabilité n’est pas du tout ce que l’on regarde, on se concentre sur la croissance en Algérie. On va bientôt proposer une solution de recrutement et formation de chauffeurs en ligne, nous permettant d’être présents sur l’ensemble du territoire. Nous espérons par ailleurs nous développer dans un pays étranger d’ici un an ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte