Politique

Niger : près de 2 000 personnes manifestent contre le gouvernement

Étudiants rassemblés à Niamey le 16 février 2016. (photo d'illustration)

Étudiants rassemblés à Niamey le 16 février 2016. (photo d'illustration) © ISSOUF SANOGO/AFP

Près de 2 000 personnes ont manifesté samedi 28 septembre à Niamey après un appel lancé par l'opposition contre le code électoral et le gouvernement.

« Non au code électoral et à la Céni (Commission électorale) non consensuels, vecteurs de périls pour la nation », « Oui à un audit des fonds alloués à la sécurité », pouvait-on lire sur des banderoles.

Arborant tee-shirts, pagnes, casquettes et parapluies, aux couleurs de leurs partis, les manifestants, parmi lesquels de nombreux partisans de l’opposant en exil Hama Amadou, ont défilé en scandant des slogans hostiles au régime avant de tenir un meeting devant le parlement.

Le code nouveau électoral contesté

Cette manifestation intervient un mois après la publication, par la Commission électorale nationale indépendante, du calendrier des prochaines élections qui prévoient le premier tour de la présidentielle, couplé aux législatives le 27 décembre 2020 et les municipales et régionales en novembre.

Depuis deux ans, l’opposition refuse de siéger à la Céni et conteste le code nouveau électoral.

« Nous manifestons pour dénoncer un code électoral et une Céni taillés sur mesure et qui sont porteurs de graves périls pour la nation nigérienne », a déclaré Soumana Sanda, un responsable du Mouvement démocratique nigérien (Moden) la formation de Hama Amadou.

Les manifestations ne vont pas s’arrêter

Il promet que « les manifestations ne vont pas s’arrêter jusqu’à ce que » le régime « accepte un système honnête, crédible permettant aux Nigériens qui le souhaitent d’être candidats au prochaines élections ».

Première alternance démocratique

Hama Amadou, 69 ans, a été désigné candidat à la présidentielle par le Moden, principal parti d’opposition. Arrivé deuxième à la présidentielle de 2016, il risque de se voir écarter du prochain scrutin pour avoir été condamné à un an de prison dans une affaire de trafic international de bébés.

« Nous apportons notre soutien à la Céni. La présidentielle sera l’occasion pour le Niger de connaître pour la première fois une alternance démocratique, avec un passage de témoin d’un président démocratiquement élu à autre démocratiquement élu, c’est quelque chose de particulièrement important pour notre pays », avait récemment estimé Alkassoum Indatou, membre du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte