Environnement

Maroc : manifestations à Casablanca et Rabat pour le climat

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 15h23
Des marocains manifestent pour le climat à Casablanca, le 27 septembre.

Des marocains manifestent pour le climat à Casablanca, le 27 septembre. © AFP Fadel Senna

Plusieurs centaines de Marocains ont marché vendredi 27 septembre pour interpeller leurs leaders politiques sur l’urgence climatique.

« Nous avons besoin de solutions », « notre planète est en danger », « sauvons-là pour pour nos enfants », ont notamment scandé des centaines de personnes, majoritairement jeunes, rassemblées sur la corniche, boulevard en bord de mer de la métropole économique du Maroc, sous un soleil étincelant.

À Rabat, ils étaient aussi plusieurs centaines devant le Parlement, dans le centre-ville de la capitale, prenant part à la « grève pour le climat » organisée sur toute la planète.

Il est important de s’unir pour exhorter les gouvernements du monde entier à agir

« Une énergie 100% renouvelable, c’est possible », « notre planète, nos droits », pouvait-on lire sur les pancartes déployées.

« Il est important de s’unir pour exhorter les gouvernements du monde entier à agir face au réchauffement climatique », a confié Hamza Oudghiri, 40 ans, membre d’une association environnementale locale.

Les intempéries devenues « structurelles »

La protection de l’environnement a été érigée en priorité par l’État marocain, qui adopte volontiers une communication prolixe sur ce thème depuis qu’il a accueilli la COP22 en 2017.

Des marocains manifestent pour le climat à Casablanca, le 27 septembre.

Des marocains manifestent pour le climat à Casablanca, le 27 septembre. © AFP Fadel Senna

Le royaume est particulièrement sensible aux conséquences du changement climatique. Les inondations constituent désormais « le premier risque en termes de personnes tuées au niveau national », selon un rapport consacré aux risques climatiques publié en 2016 par l’Institut royal des études stratégiques (IRES).

Alors que le changement climatique accentue les phénomènes météorologiques extrêmes partout dans le monde, les intempéries sont devenues « structurelles » au Maroc, selon ce rapport qui préconise différentes mesures de gestion des risques.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte