Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Khashoggi : l’onde de choc»

Voir tout le sommaire
Politique

Arabie saoudite : « MBS » dit assumer la responsabilité du meurtre de Jamal Khashoggi

Le journaliste Jamal Khashoggi en février 2015 lors d'une conférence de presse.

Le journaliste Jamal Khashoggi en février 2015 lors d'une conférence de presse. © Hasan Jamali/AP/SIPA

Le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, surnommé « MBS », a dit qu'il assumait la responsabilité du meurtre du journaliste dissident Jamal Khashoggi, mais assuré qu'il n'en avait eu connaissance qu'après les faits, a rapporté jeudi la chaîne de télévision américaine PBS.

L’Arabie saoudite, et en particulier MBS, s’était retrouvée sous le feu des critiques après la mort du journaliste, il y a près d’un an. Le 2 octobre 2018, Jamal Khashoggi, qui collaborait notamment avec le Washington Post et résidait aux États-Unis, a été tué et démembré dans le consulat de son pays à Istanbul, par un commando d’agents saoudiens venus de Riyad.

« J’assume l’entière responsabilité parce que cela s’est déroulé sous mon règne », a déclaré le prince à un reporter en décembre 2018, selon des citations reproduites dans un documentaire du programme Frontline de la chaîne PBS, qui sera diffusé la semaine prochaine. Le prince héritier a toutefois assuré qu’il n’avait pas eu connaissance du meurtre avant qu’il ne soit commis.

Interrogé en marge d’une course automobile près de Riyad sur la raison pour laquelle il n’était pas au courant du meurtre, le prince a répondu : « Nous avons 20 millions de gens. Nous avons trois millions d’employés du gouvernement. » Et à la question de savoir comment un groupe d’agents pouvait prendre un avion royal pour Istanbul pour commettre le crime, il a dit : « J’ai des responsables, des ministres qui suivent les choses, et ils sont responsables. »

Pour la CIA, MBS est « l’ordonnateur »

Le prince héritier a été accusé d’être personnellement impliqué dans la mort du journaliste. Le Sénat américain a adopté une résolution lui attribuant la responsabilité de l’assassinat, sur la base de conclusions de la CIA disant n’avoir « aucun doute » sur le fait qu’il avait « ordonné » le meurtre du journaliste.

Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, Riyad avait avancé plusieurs versions contradictoires, et soutient désormais que le journaliste a été tué lors d’une opération d’agents non autorisée par le pouvoir. La justice saoudienne a innocenté le prince héritier et inculpé 11 personnes, réclamant la peine de mort contre cinq d’entre elles.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte