Histoire

Sénégal : quand les confréries musulmanes obligent les historiens à revoir leur copie

Des pèlerins font la queue pour entrer la Grande Mosquée de Touba. © Ben Curtis/AP/Sipa

La parution des cinq premiers volumes de « L’Histoire générale du Sénégal », en juillet, a suscité le mécontentement des principales confréries sénégalaises. À tel point que l’un des volumes va être retiré de la vente et « corrigé » par les historiens en charge du projet.

Quelques semaines seulement après la parution des premiers volumes du titanesque projet de réécriture de l’histoire du Sénégal, l’ouvrage a provoqué un tollé au sein des très puissantes confréries musulmanes sénégalaises. L’ampleur de la polémique a été telle que le responsable du projet, l’universitaire et ancien ministre de l’Éducation nationale Iba Der Thiam, a dû faire son mea culpa et a accepté de revoir sa copie. Au risque de créer un précédent dangereux pour les libertés académiques, s’inquiètent certaines voix au sein de la communauté scientifique.

« Il y a des erreurs chronologiques, des erreurs hiérarchiques, des erreurs factuelles. Beaucoup de contre-vérités et d’incohérences », égrène Baye Imam Niang, responsable de la communication de Rawdu-r Rayâhîn, une structure mouride en charge des questions scientifiques et de la vulgarisation de l’islam.

Parmi les points qui ont particulièrement crispé à Touba, la ville sainte du mouridisme, la traduction de Khadimou Rassoul, « nom de mission » du fondateur de la confrérie, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. « Le nom « Khadimou Rassoul » a été traduit par « esclave du prophète » au lieu de « serviteur du prophète ». Cela dévoie la mission du Cheikh, car notre religion ne permet pas de parler de quelqu’un comme étant l’esclave de quelqu’un d’autre », dénonce Baye Imam Niang.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte