Sport

Rugby – Afrique du Sud, Namibie, Côte d’Ivoire, Zimbabwe : retour sur les participations africaines en Coupe du monde

Des joueurs sud-africains de rugby au Japon, le 6 septembre 2019. © Eugene Hoshiko/AP/SIPA

La neuvième Coupe du monde de rugby a débuté le 20 septembre au Japon. Alors que l'Afrique du Sud et la Namibie s'affrontent samedi 28 septembre, retour sur les résultats des quatre équipes africaines - Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Zimbabwe, Namibie - à avoir pris part à cette compétition.

Le rugby est le dernier sport collectif d’envergure à s’être doté d’une Coupe du monde. C’était en 1987, et à cette époque, l’Afrique du Sud, en raison de l’apartheid, en avait été exclue. Lors de la première Coupe du monde de l’histoire, disputée en Nouvelle-Zélande, l’Afrique n’a droit qu’à un seul représentant : le Zimbabwe.

S’il perd ses matches face aux deux favoris de son groupe – Écosse, France – le Zimbabwe passe tout près d’une victoire historique contre la Roumanie. Quatre ans plus tard, le pays quitte la compétition au premier tour, après trois nouvelles défaites.

Depuis, le continent africain bénéficie de deux places en phase finale : une pour l’Afrique du Sud, automatiquement qualifiée car figurant parmi les meilleurs équipes du monde, l’autre pour une sélection issue des éliminatoires. Pour l’édition 2019, la Namibie a obtenu son ticket d’entrée après avoir remporté la Coupe d’Afrique 2018.

Le drame de l’Ivoirien Max Brito

En Afrique du Sud, la situation politique n’est plus la même, et la nation Arc-en-Ciel de Nelson Mandela se voit confier l’organisation de l’édition 1995. Portés par tout un peuple, les Springboks offrent à l’Afrique son premier titre mondial, au terme d’un parcours pas toujours flamboyant, mais au cours duquel les coéquipiers de Chester Williams, alors seul joueur noir de la sélection sud-africaine, dégagent une incroyable force collective.

Les Springboks ont d’ailleurs rendu hommage à l’ancien ailier star, mort au début du mois de septembre d’une crise cardiaque à 49 ans, pour leur premier match de la Coupe du monde contre les All Blacks

Chester Williams, au centre, lors de la coupe du monde de rugby, en 1995. © ADAM BUTLER/AP/SIPA

Cette même année, les Ivoiriens, qui participent à leur première (et unique) Coupe du monde après avoir éliminé en qualifications notamment la Namibie et le Zimbabwe, se présentent en Afrique du Sud avec une équipe composée de joueurs évoluant en Côte d’Ivoire et en France. Après deux défaites face à l’Écosse (0-89) et à la France (18-54), la Côte d’Ivoire vit un drame. Max Brito, le joueur de Biscarrosse, alors âgé de 24 ans, devient tétraplégique après un violent plaquage contre les Tonga.

La Namibie présente depuis 1999

En 1999, la Coupe du monde organisée conjointement par la France et le Royaume-Uni – comme en 1991 – voit apparaître pour la première fois à ce niveau la Namibie, laquelle perd ses trois matches du premier tour. Le tenant du titre sud-africain doit se contenter de la troisième place, après avoir échoué en demi-finale face à l’Australie, le futur vainqueur.

Depuis cette première participation à la compétition en 1999, la Namibie s’est toujours qualifiée pour y participer.

Deuxième titre pour l’Afrique du Sud

L’effet 1995 est déjà loin, plusieurs joueurs ont pris leur retraite, et en 2003 en Australie, les Boks échouent sèchement en quarts de finale face à la Nouvelle-Zélande (9-29). Quant aux Namibiens, ils encaissent face au pays organisateur une raclée mémorable (0-142), faisant passer la défaite contre l’Irlande (7-64) comme une petite victoire.

Mais l’Afrique du Sud, qui a pris le temps de se reconstruire, débarque en France en 2007 avec une nouvelle génération, emmenée par Percy Montgomery, qui terminera meilleur réalisateur (105 points) et Bryan Habana, auteur de huit essais. Les Springboks remportent leur deuxième titre mondial face aux Anglais, après avoir balayé au premier tour le Quinze de la Rose, et l’Argentine en demi- finale. La Namibie doit de nouveau quitter la compétition dès le premier tour avec quatre défaites, dont une très lourde face à la France (10-87).

Les Sud-Africains célèbrent leur victoire lors de la coupe du monde de rugby de 2007. © BERNARD PAPON/AP/SIPA

Une nouvelle victoire de l’Afrique sur la Namibie ?

Quatre ans plus tard en Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud déçoit, puisqu’elle s’incline en quarts de finale contre l’Australie (9-11) au terme d’un match fermé et très engagé. La Namibie, lourdement battue par son voisin sud-africain au premier tour (0-87) et par le Pays de Galles (7-81), poursuit de son côté sa série négative.

Mais elle à cœur d’y mettre un terme lors de la Coupe du monde 2015, lors d’un match face à la Géorgie, perdu 16-17. Les Namibiens, qui s’inclinent honorablement contre Tonga (21-35), regardent l’Afrique du Sud subir une humiliante défaite au premier tour (32-34 face au Japon), avant de se ressaisir et d’atteindre les quarts de finale. Mais les coéquipiers de Victor Matfield échouent finalement en demi-finale contre la Nouvelle-Zélande, future championne du monde. Ils se consoleront en s’emparant de la troisième place en dominant l’Argentine.

Cette année, l’Afrique du Sud et la Namibie se retrouvent dans la même poule. Les deux sélections d’Afrique australe, battues lors de leur entrée en lice respectivement par la Nouvelle-Zélande (13-23) et l’Italie (22-47), s’affronteront pour la deuxième fois de leur histoire à ce niveau. En 2011 à Auckland, les Springboks s’étaient imposés 87-0…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte