Finance

La finance islamique, un secteur plein d’opportunités en Afrique, selon Moody’s

A la bourse de Johannesburg, en 2017 (illustration). © Denis farrell/AP/SIPA

S'il nécessite un temps d'adaptation pour la majorité des États africains, le secteur de la finance islamique dispose d'un fort potentiel sur le continent, où les pays cherchent à diversifier leurs sources de financement.

Progressant déjà à bonne allure sur le continent africain, la finance islamique a de bonnes perspectives devant elle, au moins pour les douze à dix-huit mois à venir. C’est ce qu’affirme le cabinet Moody’s, dans son rapport dédié au secteur sur le continent Africain, publié le 16 septembre dernier.

La finance islamique a émergé sur le continent à partir de 2013. C’est une branche de l’activité bancaire qui recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers adaptés aux principes de la Charia (interdiction des intérêts, de l’incertitude, de la spéculation, d’investir dans des secteurs comme l’alcool, le tabac, les paris sur les jeux…). Son fonctionnement repose notamment sur l’émission et l’utilisation de sukuks : des titres de créances conformes aux mêmes principes islamiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte