Politique

Algérie : le sort du Premier ministre Noureddine Bedoui déjà scellé

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le Premier ministre Noureddine Bedoui, le 11 mars 2019, lors d’une conférence de presse à Alger.

Le Premier ministre Noureddine Bedoui, le 11 mars 2019, lors d'une conférence de presse à Alger. © Anis Belghoul/AP/SIPA

La démission du Premier ministre Noureddine Bedoui, nommé le 11 mars par l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, est déjà actée, selon nos sources.

Le sort de Noureddine Bedoui, le Premier ministre, a été scellé dès le 8 septembre lors d’une rencontre entre Abdelkader Bensalah, le président par intérim, et les membres de l’Instance nationale de dialogue et de médiation, que dirige l’ex-ministre Karim Younès.

Pas de sortie du territoire avant le remaniement

Bensalah a assuré à ses hôtes que plusieurs ministres seraient remplacés par leurs directeurs de cabinet. Il a demandé aux membres du gouvernement de ne pas quitter le territoire en attendant le remaniement.

La démission du gouvernement, nommé fin mars par l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, est régulièrement réclamée par les manifestants qui défilent dans les rues algériennes depuis le 22 février. Le mouvement de contestation a déjà obtenu le départ de l’ancien raïs, ainsi que deux reports successifs de l’élection présidentielle – dont le chef de l’État intérimaire Abdelkader Bensalah a officiellement annoncé ce dimanche la tenue pour le 12 décembre prochain.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer