Économie

Textile : le chinois C&H Garment Company va construire une usine au Rwanda

| Par
C&H Garment Company prévoit un investissement de 8 à 10 millions de dollars pour son usine au Rwanda.

C&H Garment Company prévoit un investissement de 8 à 10 millions de dollars pour son usine au Rwanda. © Tony Karumba/AFP

L’entreprise chinoise C&H Garment Company, spécialisée dans la fabrication de vêtements, va construire une usine au Rwanda. Un investissement de 8 à 10 millions de dollars sur cinq ans dont l’objectif est d’exporter vers l’Europe et les États-Unis.

Après l’Ethiopie et le Kenya, les dirigeants de l’entreprise chinoise C&H Garment Company mettent le cap sur Kigali. « Nous estimons que le Rwanda peut offrir une main d’oeuvre compétente et disciplinée qui nous permettra de développer une entreprise prospère qui exportera des vêtements à la fois aux États-Unis et en Europe », a déclaré Helen Hai, le 14 juillet, après la signature du protocole d’accord avec le Rwanda Development Board (RDB), une agence étatique chargée du développement économique du pays.

La future directrice de la filiale rwandaise de C&H Garment Company a déjà dirigé, en Éthiopie, une société qui est aujourd’hui le premier exportateur de chaussures du pays. Tandis que Candy Ma, la future PDG de la filiale rwandaire, produit des vêtements au Kenya et y emploie plus de 5000 personnes. Implantée dans la zone économique spéciale de Kigali, l’usine, qui représente un investissement de 8 à 10 millions de dollars, prévoit de recruter ses 200 premiers employés dès septembre prochain. D’ici là et sur une période de 6 mois, C&H va former ses futurs employés avec le concours du RDB. À terme, la compagnie prévoit de fournir du travail à plus d’un millier de Rwandais.

Lire aussi : 

Le suédois H&M délocalise une partie de sa production en Éthiopie

Le Rwanda ou les secrets d’un bon élève

L’heure du made in Africa a sonné

Effet boule de neige

« L’accord est conforme à l’initiative du gouvernement de créer des opportunités d’emploi pour les Rwandais, s’est réjouit Clare Akamanzi, directrice adjointe du RDB. Nous sommes impatients de voir le Rwanda créer des vêtements faits maison qui seront un succès commercial sur notre marché intérieur et à l’exportation ». Selon elle, l’usine pourrait être opérationnelle et prête à exporter d’ici 18 mois. Pour Helen Hai, en cas de succès, cet investissement aura un effet boule de neige et devrait attirer d’autres investisseurs chinois dans le pays, à l’image de ce qui s’est produit en Éthiopie.

« Cet investissement est le premier d’une longue série ! », a lancé Clare Akamanzi. Au cours des cinq dernières années, les investissements chinois au Rwanda ont représenté près de 1,4 milliard de dollars dans des secteurs aussi variés que les services, le tourisme, le BTP, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ou encore les mines et l’agriculture.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte