Technologie

Avec Prosus, Naspers débarque en force à la Bourse d’Amsterdam

Pour son premier jour de cotation à la bourse d'Amsterdam Prosus a dépassé les attentes

Pour son premier jour de cotation à la bourse d'Amsterdam Prosus a dépassé les attentes © SIPA/AP Photo/Kamil Zihnioglu.

Pour son premier jour à la Bourse d’Amsterdam, la filiale du géant sud-africain de l’internet et des médias a vu son cours bondir de 25 % au-dessus des estimations des analystes, frôlant une valorisation de 120 milliards d’euros.

C’est ce qui s’appelle un démarrage en fanfare. Ce mercredi 11 septembre, à 9H GMT, le titre Prosus s’échange autour de 74,13 euros à Euronext Amsterdam. C’est 26,3 % de plus que le cours indicatif de 54,7 euros que la place boursière avait avancé pour la filiale de Naspers. Sa valorisation est de 120,3 milliards d’euros. 

L’introduction de Prosus (“en avant” en latin) intervient avec un léger décalage sur le calendrier initial, qui prévoyait une cotation en juillet, en raison de retards administratifs dans la convocation des actionnaires de sa maison-mère, le géant sud-africain des médias et de l’internet Naspers. 

L’enthousiasme des investisseurs s’explique en grande partie par la composition des actifs de Prosus. Ce dernier rassemble en effet la participation de Naspers dans le colosse chinois des nouvelles technologie Tencent. En 2002, Koos Bekker, alors DG de Naspers avait misé initialement 31 millions de dollars – complétés par la suite par d’autres mises au pot – dans cette jeune pousse de l’empire du Milieu.

Premier producteur mondial de jeux vidéos

Tencent est aujourd’hui le premier producteur mondial de jeux vidéos et le propriétaire de WeChat, un réseau social ultra-populaire en Chine. Et les 31% de Tencent détenus désormais par Prosus représentent 119 milliards d’euros, soit la quasi-totalité de la valorisation de la filiale de Naspers, et l’un des investissements les plus réussis de l’histoire du capitalisme sud-africain. 

Par ailleurs, Prosus détient également des parts dans le réseau social russe Mail.ru Group (166 millions de dollars investis, pour une valorisation actuelle de 1,4 milliard de dollars), ainsi que la plateforme américaine de e-commerce Letgo et le spécialiste allemand de la livraison de plats Delivery. Naspers reste l’actionnaire majortiaire de Prosus, avec environ 75 % du capital. Les deux entreprises sont dirigées par Bob van Dijk, diplômé de l’Insead, ancien de e-bay et vétéran de l’industrie des TIC.

La création de Prosus répond, selon ses dirigeants, au besoin d’accroître la flexibilité de fonctionnement et la visibilité pour les investisseurs, qui avaient tendance à sous-coter la valeur de Naspers. « Prosus est un nouveau véhicule supplémentaire pour mettre en œuvre notre stratégie à long terme de manière plus efficace. Naspers détiendra pas moins de 73 % de Prosus et concentrera son investissement en Afrique du Sud. Il s’agit de quasiment tous les mêmes actifs, la même gestion, le même conseil d’administration et la même stratégie. Ce n’est pas une séparation et nous ne quittons pas l’Afrique du Sud », insiste la direction de Prosus, qui est toutefois enregistré aux Pays-Bas.

Capital-risque

Dans une note de présentation aux investisseurs consultée par Jeune Afrique, les équipes de Bob van Dijk, ont mis en avant le flair du groupe sud-africain dans l’identification de futurs grands dans nouvelles technologies. « Le Venture [capital-risque] est dans notre ADN, avec une création de valeur significative », note Prosus, qui évoque également ses investissements – moins connus – mais tout aussi significatifs dans la plateforme de cours en ligne Udemy, le fournisseur latino-américain de services mobiles Movile, le spécialiste indien du e-commerce Meesho, ainsi que sa plateforme mondiale de paiement PayU.

« Leader mondial de l’Internet », Prosus se dit « sur le point de connaître une croissance disruptive dans nos segments prioritaires », à savoir les annonces classées, les paiements et la fintech ainsi que la livraison de repas et produits alimentaires, soit un « marché adressable » de 2000 milliards de dollars.

Prosus affiche un chiffre d’affaires de 18,34 milliards de dollars (+79 % sur deux ans) et un bénéfice de 3,38 milliards de dollars (+80 %) pour l’année fiscale 2019. L’entreprise revendique 1,5 milliard de clients à travers 91 marchés.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte