Justice

Cameroun : Mamadou Mota, numéro 2 du MRC, condamné à deux ans de prison

Mamadou Mota, le  vice-président du MRC, parti de Maurice Kamto.

Mamadou Mota, le vice-président du MRC, parti de Maurice Kamto. © Page officielle Facebook Mamadou Mota.

Le premier vice-président du parti de l’opposant Maurice Kamto, Mamadou Mota, a été condamné le 9 septembre à deux ans de prison ferme pour son implication dans la mutinerie du 22 juillet à la prison centrale de Yaoundé, où il est écroué depuis juin.

Mamadou Mota, reconnu coupable de « rébellion en groupe » lors d’un procès engagé après la mutinerie intervenue à la prison centrale de Yaoundé le 22 juillet, a été condamné lundi à deux ans de prison par le tribunal de première instance d’Ekounou, à Yaoundé.

« Ma condamnation est purement politique. Je ne suis pas un rebelle », a protesté le numéro deux du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto. « Lors de la mutinerie de la prison, j’avais été appelé par le régisseur pour apaiser les détenus (anglophones) », a poursuivi l’opposant.

Appel de sa condamnation

« Nous allons interjeter appel de ce jugement, car aucune preuve n’a été apportée pour soutenir l’accusation », a annoncé Me Emmanuel Simh, avocat des condamnés du MRC. Douze autres personnes, dont un leader anglophone, Mancho Bibixy, ont écopé de la même peine. Deux autres ont été condamnés à trois ans de prison, dans le cadre de la même affaire. La plupart des condamnés sont des anglophones, les autres sont issus du MRC.

Le 22 juillet, de nombreux détenus de la crise anglophone avaient manifesté à l’intérieur du pénitencier de Yaoundé pour exiger l’amélioration de leurs conditions de détention et leur jugement. Sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Mamadou Mota était apparu au milieu des manifestants, exigeant une meilleur ration alimentaire pour les prisonniers. Dans la nuit du 22 au 23 juillet, certains services de cette prison avaient été incendiés, d’autres saccagés.

Connu pour ses critiques à l’égard du régime de Yaoundé, Mamadou Mota a été arrêté en juin dans le cadre des manifestations organisées depuis la tenue de la présidentielle d’octobre 2018. Objectif : dénoncer un « hold-up électoral » lors de ce scrutin. En détention provisoire pour avoir pris part à une de ces manifestations, il attend d’être jugé devant le tribunal militaire dans le cadre de cette affaire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte