Football

Football : « il est temps » que l’équipe de France aille jouer en Algérie, estime Noël Le Graët

Des supporteurs de football arborant le drapeau algérien devant l'Arc de Triomphe, à Paris, dimanche 14 juillet après la victoire des Fennecs en demi-finale de la CAN.

Des supporteurs de football arborant le drapeau algérien devant l'Arc de Triomphe, à Paris, dimanche 14 juillet après la victoire des Fennecs en demi-finale de la CAN. © Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF), a plaidé en faveur de l'organisation d'une rencontre d'ici à 2020 entre les équipes nationales d'Algérie et de France. Ce serait la deuxième de l'histoire, et la première sur le sol algérien.

« Il est temps de faire ce match » en Algérie, a déclaré mardi 10 septembre sur France Info le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, interrogé sur la possibilité d’une rencontre en 2020 entre les champions du monde et les champions d’Afrique. Selon la radio, la Fédération algérienne a proposé à la FFF d’organiser un match entre les deux nations, à Oran en 2020, ce qui serait une première sur le territoire de l’ancienne colonie.

« Depuis que je suis en place, je veux aller en Algérie, parce que c’est le seul pays qu’on ne rencontre pas. Il est quand même temps, 60 ans après [l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France, en 1962], qu’on puisse jouer au football » là-bas, a affirmé Le Graët, en poste depuis 2011 et dont le mandat court jusqu’à fin 2020. « Je suis partisan depuis huit ans » d’organiser une telle rencontre, « je veux aller jouer en Algérie » et « il est temps de faire ce match », a-t-il insisté.

« Match de prestige » mais « lourd d’histoires »

Les deux équipes ne se sont affrontées qu’une seule fois, lors d’un match amical en octobre 2001 au Stade de France. La rencontre qui opposait les champions du monde et d’Europe en titre, autour de Zinédine Zidane, à l’équipe de l’actuel sélectionneur Djamel Belmadi, buteur ce soir-là, avait dû être interrompue après l’envahissement du terrain par des supporteurs de l’Algérie.

« Je vais me déplacer le plus rapidement possible, on fera peut-être des matchs avec des jeunes pour voir dans quelles conditions on peut trouver des accords avec l’Algérie », a encore déclaré Le Graët, évoquant « des affaires de sécurité » et une nécessaire concertation avec l’Élysée sur ce sujet.

Tous les jeunes là-bas connaissent notre championnat, connaissent nos joueurs et ils ont envie de voir l’équipe de France

Selon le président de la FFF, un match Algérie-France « n’a jamais été fait parce que l’ancien président [Fernand Duchaussoy, en poste de mi-2010 à mi-2011], qui était un ami, n’a jamais réussi à trouver un accord… peut-être avec l’État » algérien. Le Graët s’est dit persuadé que la tenue d’une telle rencontre serait une fête. « Tous les jeunes là-bas connaissent notre championnat, connaissent nos joueurs et ils ont envie de voir l’équipe de France », a-t-il dit.

Début septembre, le sélectionneur des Fennecs s’était dit favorable à l’organisation de ce « match de prestige » face à « une équipe doublement championne du monde ». « Après, vous savez que cette confrontation avec l’équipe de France est lourde d’histoires. Donc pour tous ces éléments, cela m’a l’air très intéressant de pouvoir jouer un jour contre eux », avait déclaré Belmadi.

Raphaël Varane, le vice-capitaine des Bleus, a lui aussi ouvert la porte à un tel événement, dimanche en conférence de presse. « On n’en a pas parlé entre nous, joueurs », mais « on est prêts, si on a à jouer ce genre de match, bien sûr ce sera avec plaisir », a répondu le défenseur du Real Madrid.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte